Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

Pour beaucoup d’entre nous la vie est le bien le plus précieux. Ce n’est pas le cas d’un certains nombre de personnes. Les kamikazes japonais mettaient le devoir envers leur patrie, l’honneur avant leur vie. Les terroristes qui se font exploser avec ceux qu’ils tuent, mettent leur idéal au-dessus de leur vie (ils le mettent aussi au-dessus de la vie des autres, y compris des victimes innocentes !). Les soldats, quand ils ne sont pas enrôlés de force, mettent leur vie en danger, pour la « solde » évidemment, mais pas seulement, par goût de l’aventure, du risque, de la gloire,…

D’une manière générale, les jeunes accordent moins de valeur à leur vie que les personnes plus âgées. Dans les enquêtes sur le bonheur, par exemple, les jeunes ont tendance à répondre qu’il s’agit de questions de vieux et que la question est secondaire pour eux !...

On peut remarquer aussi que, contre toute logique, ce ne sont pas des vieillards qui se font sauter avec des ceintures de bombes, mais des jeunes gens, essentiellement des hommes.

La guerre également est l’affaire des hommes plutôt que des femmes et plutôt des jeunes que des vieux. Deux chercheurs (Mesquida et Wiener) ont constaté que si le rapport entre les hommes de 15-29 ans et ceux dont l’âge est supérieur à 30 ans, dépasse 0,40 dans la population d’un pays ou d’une région, le risque d’agression collective (guerre, de conquête, guerres civiles, terrorisme, émeutes,…) augmente considérablement. L’histoire des 100 dernières années et les évènements d’aujourd’hui semblent leur donner raison. Ce facteur « âge » semble plus important dans le déclenchement d’un conflit que les autres explications se référant à l’inégale répartition des richesses ou à la pauvreté.

Quand on est jeune, on ne pense pas à la mort, on se sent immortel et l’on rêve de conquêtes, pacifiques ou non ! Il faut se faire une place au soleil et l’on est prêt à tous les sacrifices pour cela 

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

L’effet placebo  n’est pas seulement produit par une relation directe : la couleur des médicaments, leur présentation, la façon dont ils sont donnés vont jouer un rôle !

Cela est particulièrement visible avec l’homéopathie. Celle-ci est très appréciée en France qui consomme 80% des médicaments homéopathiques produits dans le monde (le plus gros labo est également français). C’est une médecine qui joue typiquement sur l’effet placebo :


-          médicaments qui n’ont pas de principes actifs

 -          Façon particulière de prendre les médicaments (on laisse fondre sous la langue, sans croquer)

 -          Protocole particulier de la visite chez le médecin (il prend son temps, il considère le malade dans sa totalité,..)

-          Sentiment d’avoir à faire à une médecine différente, ce qui lui donne une certaine aura,…


On peut s’étonner que la Sécu la prenne en charge. Peut-être se dit-on au ministère de la santé, qu’il s’agit d’un moindre mal et que les patients reviendraient aussi chers, sinon plus, s’ils passaient par la médecine allopathique ?


Par contre, de nombreux médicaments qui n’avaient pas de principe actif ont été « déremboursés » ces dernières années. Des patients sur lesquels ils avaient un effet placebo, s’en plaignent et continuent de les acheter tout de même.


Ce qui est plus curieux c’est que certaines personnes refusent les génériques alors qu’ils contiennent exactement les mêmes principes actifs que leurs anciens médicaments. Elles n’ont pas forcément tort : l’effet placebo passe par la marque, l’emballage, la couleur des pilules, etc… et lorsque cela change, l’effet n’est plus le même ! On peut comparer à ce qui se passe pour la mode : imaginez deux vestes, l'une sans marque et l'autre d'une grande marque, laquelle porterez-vous avec le plus de plaisir ? "Bonne nouvelle" : payer plus cher pour un produit a plutôt tendance à augmenter l’effet placebo !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

L’effet placebo est particulièrement important pour tous les troubles dus au stress. Hélas il ne dure que quelques heures ou quelques jours (ce qui est largement suffisant pour de nombreux troubles) !

 

Il n’est pas efficace pour tout le monde et ne nécessite pas que "l’on y croit". Inversement, il peut donc être efficace même si l’on n’y croit pas ! Comme il est fondé sur une relation : celle qui s’établit entre un soigné et un soignant, il agit au niveau des émotions profondes, des affects et se passe très bien de la raison. Qu’il ne contienne pas de principe médicamenteux actif ne signifie pas qu’il n’ait pas d’action biochimique. Il déclenche, dans le cerveau la production d’une substance : l’endorphine, active, en particulier contre la douleur (c’est une sorte de morphine naturelle). Il n’est pas besoin d’être sorcier pour provoquer la libération d’endorphine dans le cerveau de l’autre : la simple rencontre d’une personne que l’on aime bien, libère des endorphines ; une rencontre amoureuse en libère encore beaucoup plus ! (à suivre...)

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

 Quand j’étais enfant et que, par mégarde, je me brûlais, ma mère m’emmenait vite chez une « conjureuse ». C’était très pratique, elle habitait dans la même rue ! La guérisseuse soufflait sur la plaie tout en prononçant une mystérieuse prière et… la douleur disparaissait !

 Je ne savais pas à l’époque qu’il s’agissait d’un effet placebo. L’effet placebo résulte de la relation de confiance qui s’établit entre la personne qui est soignée et celle qui la soigne. Cette relation n’a pas besoin d’être volontaire. Elle peut être complètement ou partiellement inconsciente. Cela explique qu’elle soit active également avec certains animaux.

 Elle fonctionne aussi bien avec de la poudre de perlinpinpin, des amulettes diverses, des formules « magiques », des « faux » médicaments que des « vrais » médicaments ! En effet, la vitamine C par exemple, qui est un vrai médicament pour les personnes atteintes du scorbut, a des effets stimulants pour des gens qui n’en ont pas besoin. Par contre, s’ils ne savent qu’ils ont absorbé de vitamine C, les effets stimulants ne se manifestent pas !

Il vous est peut-être arrivé de ne plus avoir mal à la tête seulement dix minutes après avoir pris de l’efferalgan, or le paracétamol (principe actif de l’efferalgan) n’est toujours pas passé dans l’organisme mais l’effet placebo a déjà soulagé la douleur !... (à suivre)

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PORNIC

Un nez rouge sur le quai : c’est un clown de rue !

Il est plutôt sympa et son spectacle est bien rodé. Il invite un enfant à participer à son spectacle.

 
Il tombe sur Victor. Bon choix, Victor adore les clowns….

 
Il est ravi, Son visage reflète la joie et la fierté….

 
De temps à autre il jette un coup d’œil à sa maman qui l’encourage…

 
Victor s’habille d’une veste de clown et se met un gros nez rouge, il souffle dans la trompette, il fait tout bien comme il faut sous le regard admiratif des autres enfants !...

 
Il ira loin le jeune Victor et c’est une soirée dont il se souviendra !...

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #Sur les TRACES de Michel-François LAVAUR

Alain LEBEAU fait partie de l’équipe « TRACES » animée par Michel-François LAVAUR depuis une quarantaine d’années. Il a publié de nombreux recueils aux éditions TRACES bien sûr mais aussi aux éditions du Petit Véhicule. Le poème ci-dessous est publié dans le numéro 165  (que l’on peut se procurer auprès de M F LAVAUR, Sanguèze, 44330 LE PALLET)

 

 C’était une grande marée par-dessus les mégots, les bulots

 Les embruns collaient des moustaches aux genêts

 C’était un coup de nordé à rester au café

 Les chalutiers chaloupaient au quai

 C’était un temps à jouer à la course au large

 Avec ses enfants en ciré

 C’était

 Disaient les touristes

 Un jour de vacance de foutu

 Un jour de lèche gondole au supermarché

 A lorgner les cartables de la rentrée

 Mon chien et moi

 Le nez au vent

 On avait enfin le temps

De gueuler contre les mouettes

 Les machines à raser le sable

 Etaient restées au garage

 La plage pleine de bave et de goémons

 La mer dégueulait sa crème à bronzer

 Ses savates engorgées

 Ses coquillages arrachés aux rochers

 Par les pêcheurs à pied boulimiques

 Le vent enfin sentait la mer

 Et la mer le poisson
 C’était à hurler de plaisir

 Cette grande lessive dans mes cheveux

 Dans ma tête

 A hurler à la vie

Mon chien et moi


(L'illustration est de Anne DUMESNIL.)

Pour lire d’autres textes de Alain LEBEAU, rendez vous à l’adresse suivante : http://alainlebeau.blogs.nouvelobs.com/atom.xml

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PORNIC

Dobet GNAHORE chante et danse. Elle vient de la Côte d’Ivoire. Sa musique est imprégnée des traditions de son pays et des pays voisins mais aussi par des rythmes et sonorités européennes et américaines. Elle déborde d’énergie.

Sa voix est puissante et force l’attention. Ses mimiques et les mouvements de son corps sont expressifs et donnent envie de danser et frapper dans ses mains !…

Elle s’est entourée d’excellents musiciens : un percussionniste ivoirien, un guitariste français et un autre tunisien…

 Elle s’est formée au village KI-YI fondé par une universitaire, metteur en scène et écrivaine camerounaise : Wéré Wéré Liking.

 Elle fait partie de cette Afrique qui bouge, qui va de l’avant, riche de ses traditions et qui n’hésite pas à s’ouvrir au monde !

  Si elle chante près de chez vous, n’hésitez pas !... Sinon vous pouvez aller la voir au bout du monde. Le « bout du monde » ce n’est pas loin, c’est sur la presqu’île de Crozon : festival les 10 11 et 12 août. http://www.festivalduboutdumonde.com/

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PORNIC

Les 3, 4 et 5 août, le club JADE ECHECS organisait le 7ème open « Côte de Jade » à PORNIC, tournoi homologué pour le classement FIDE.

120 participants, dont une majorité d’hommes, des jeunes et des moins jeunes.

Une partie d’échecs est une course d’endurance qui peut durer 4 ou 5 heures. Le matériel est tout ce qu’il y a de plus simple : un échiquer, des pièces en bois de couleur sombre ou claire et une pendule !... Il ne faut pas oublier la bouteille d’eau.

 La concentration est à son maximum. Certains pour s’isoler encadrent leur visage avec leurs deux mains, d’autres se mettent des boules Quiès…. Parfois on a l’impression qu’un coup de baguette magique les a tous transformés en statues !

En cas de victoire, pas de cris de joie ni d’explosion… un sourire satisfait derrière lequel on sent encore la tension…

 Une fois la partie finie certains s’isolent dans une autre pièce pour la rejouer et la commenter avec un autre joueur. 

 

 Jouer aux échecs demande de la mémoire, de la concentration, mais aussi de la stratégie, une volonté de fer pour maintenir son attention et… une envie formidable de gagner ! On peut remarquer que les ordinateurs possèdent plusieurs de ces qualités et, depuis une dizaine d’années, ils ont détrôné les humains !

 Ils n’ont pas trop de mérite car leurs capacités de calcul sont bien supérieures à celle des humains. Peut-être, dans quelques années, les humains se feront-ils aider par un ordinateur pour lutter contre un autre ordinateur ce qui rétablirait l’équilibre. Il est fort probable alors que les qualités émotionnelles de l’homme associées à la puissance de la machine l’emporteraient souvent !

 Pour contacter le club de Pornic : http://christalan.ifrance.com/

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PORNIC

Surplombant la foule du haut de leurs chars, les princesses du carnaval : reines et dauphines, distribuent avec grâce, sourires et bonbons !

 Tous les rôles ne sont pas aussi intéressants à tenir : celui qui fait l’aponge et qui transpire à grosse gouttes sous une épaisse moumoute et celle dont seule la tête dépasse d’une boîte, ont bien du mérite !...

 Les enfants font souvent partie de la fête et participent à l’animation avec leurs parents. On les retrouve sur les chars d’où ils regardent toute cette agitation avec intérêt et en étouffant quelques bâillements parfois quand le défilé s’éternise…

 

Dans la foule, leur petite taille les empêche de voir. C’est le moment de s’installer sur les épaules de papa !...

Le dernier char arrive : c’est le char de la reine. Elle est superbe bien qu’elle soit assise sur un trône bien modeste…

 Il va être l’heure de brûler le roi carnaval pendant que la sono déverse les notes tonitruantes de la guerre des étoiles...

 Les étoiles, justement parlons-en, elles filent, se dispersent dans tous les sens : c’est le feu d’artifice final !...

 

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PORNIC

C’est le carnaval d’été à Pornic. Peut-être 10 000 personnes sont entassées sur les quais minuscules !…

 

Le roi-carnaval est installé dans le port. Il semble implorer le ciel comme s’il savait le triste sort qui l’attend : le feu !

 

Les chars rutilants de couleurs sous les projecteurs défilent précédés de musiciens, danseuses, ou personnages caricaturés.

C’est le moment de se moquer de tout ce que l’on craint ou respecte habituellement : les flics, les bonnes-sœurs en prennent pour leur grade !...

 

Jules César n’était jamais venu jusqu’ici, voilà, c’est fait !...

 

Les intentions profondes des concepteurs ne sont pas toujours évidentes mais tout le monde s’amuse beaucoup sans se prendre la tête...

sauf le conducteur du char qui à fort à faire pour manœuvrer dans les rues étroites et pour éviter la foule désordonnée...(à suivre...)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog