Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

recits

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits

Une tourterelle roucoule, c’est la saison des amours. A Pornic,les tourterelles sont partout. Elles profitent des arbres nombreux dans les jardins et même des poteaux électriques !....
Le mêle et la femelle roucoulent tous les deux, mais seul le mâle le fait en accompagnement de la parade pour séduire la femelle. Dans ce cas il baisse la tête de haut en bas, d’une façon exagérée comme un courtisan qui fait une révérence à la cour de Louis XIV
Une fois les petits nés, les deux partenaires du couple s’en occupent d’une façon équilibrée et partagent équitablement  toutes les tâches de la maison ! Bravo les tourterelles !

 

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits

Depuis La Fontaine on peut avoir l'impression que les tortues sont des pépères et mémères tranquilles. Ce n'est pas le cas en période de reproduction où le mâle se précipite sur la femelle comme un sumo sur son adversaire ! Les carapaces s'entrechoquent violemment, le mâle essaie de monter sur la femelle - ou sur un autre mâle à défaut - de la renverser et si l'autre fuit de lui mordre les pattes !... Impressionnant !...
Remarque : à la fin de la vidéo vous entendrez un petit cri comme un miaulement. C'est un cri émis par le mâle.

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits
Cheval
Cheval
Cheval

Vous est-il arrivé de dormir debout ? Pas facile à moins que l’on vous raconte justement une “histoire à dormir debout !”
C’est pourtant ce que les chevaux font souvent. En réalité, comme nous, quand ils entrent dans la phase de sommeil paradoxal (celle, par exemple, que votre enfant traverse quand vous revenez en voiture tard le soir et que vous le transportez dans son lit sans qu’il s’en aperçoive), ils s’allongent par terre, mais dans la journée ils font de fréquentes siestes, debout, les yeux plus ou moins clos. Ils savent “verrouiller” leurs jambes pour ne pas tomber. Cela présente l’avantage de faire croire aux prédateurs qu’ils sont toujours aux aguets et prêts à se défendre ou se sauver s’il le faut !

 

Cheval
Cheval
Cheval

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits
Charette fusillé à Nantes

 Le 27 mars 1793, les vendéens viennent de subir une humiliante défaite à Pornic. Ils vont chercher François Athanase (de) Charette de La Contrie dans son manoir et lui demandent de prendre le commandement de leur troupe composée de 4000 hommes. Il finit par céder à leurs sollicitations sous cette condition : « Soit, mais je commande et l'on m'obéit ! ». Ainsi c'est à Pornic que commence son étonnante carrière de chef militaire des vendéens après une déjà brillante carrière de lieutenant de vaisseau et 11 campagnes à son actif  dans la marine du roi ! Rassemblant les meilleurs éléments des insurgés, il mène de brillantes actions de guerre qui susciteront l’admiration de Napoléon.
C’est un meneur d’hommes hors du commun, un spécialiste des attaques éclairs et de la guérilla, mais il sait aussi s’amuser, faire la fête et s’entourer de jolies femmes. 
Après la désastreuse “virée de galerne” et les ravages causés par les colonnes infernales, des changements interviennent au sommet de l’Etat. Robespierre est exécuté et la liberté du culte est rétablie en Vendée, la conscription annulée et les impôts suspendus pendant 10 ans. La paix ne dure pas, d’un côté les bretons bougent, la flotte anglaise ramenant à son bord 3500 émigrés tente un débarquement à Quiberon et le 24 juin 1795 Charette se décide à convoquer de nouveau son armée !
Mais les paysans sont démoralisés par cette guerre qui a dévasté leurs campagnes. Le 23 février 1796 le général Stofflet, trahi par les siens, est capturé puis fusillé.
Le 23 mars, Charette qui n’est plus entouré que par une quarantaine de fidèles est blessé  dans les bois de La Chabotterie (en Vendée).
Il est fusillé le 29 mars 1796, place Viarme à Nantes. Il refuse de se mettre à genoux et de se faire bander les yeux. Il sort son bras blessé de l'écharpe et meurt fidèle à sa devise : « Combattu souvent, battu parfois, abattu jamais ».
Une croix est toujours visible à l'angle de la place Viarme et de la rue Félibien.

 

Charette fusillé à Nantes
Charette fusillé à Nantes

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits
Cygnes, cormorans, foulques macroules et quelques canards
Cygnes, cormorans, foulques macroules et quelques canards
Cygnes, cormorans, foulques macroules et quelques canards

Cygnes, cormorans, foulques macroules et quelques canards Tadornes de Belon, tout ce petit monde ailé fait bon ménage et barbote gentiment après s’être gavé dès le matin. On lisse ses plumes, on remet en place barbes et barbules qui ne doivent laisser passer ni l’air, ni l’eau. On se chicane un peu de temps à autre car c’est la saison des amours…
Dans le lointain, des ragondins gros et gras, vaquent à leurs petites affaires… L’un d’eux plonge et glisse tranquille et sûr de lui, derrière les herbes sèches. On sent qu’il ne redoute aucun ennemi !...
Tout seul, à l’écart, un héron cendré, parfaitement immobile, veille à l’affût d’une proie !...

 

Cygnes, cormorans, foulques macroules et quelques canards
Cygnes, cormorans, foulques macroules et quelques canards
Cygnes, cormorans, foulques macroules et quelques canards
Cygnes, cormorans, foulques macroules et quelques canards
Cygnes, cormorans, foulques macroules et quelques canards

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits

Quand on voit le bec du cormoran on se dit que l’on n’aimerait pas être un poisson saisi dans cette arme meurtrière ! Quand un cormoran agrippe une proie avec ce bec-là, il ne la lâche plus. Le combat peut durer de longues minutes et parfois l’oiseau est obligé de replonger sous l’eau, mais il ne lâche pas sa prise et finit, en général, par l’emporter. Quand il faut manger plusieurs centaines de grammes de nourriture tous les jours pour survivre, il n’y a pas d’autres moyens !

Cormoran

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits

 Dans la mangeoire je mets à disposition des oiseaux des graines et des cerneaux de noix avec, en prime, de temps à autre, quelques petits vers. J'accroche, en plus, une boule de graisse. Certains ne s'intéressent qu'à la boule de graisse, d'autres qu'à la mangeoire et enfin certains aux deux ! Depuis quelques jours un oiseau gris à tête noire, très élégant, fréquente mon restaurant.

photo-55-0771.jpg

photo-55-0774.jpg

Il est d'une vivacité extrême et  excellent acrobate. Il se suspend souvent par les pattes avec habileté.

photo-55-0775b.jpg

C'est une mésange à tête noire.

photo-55-0776c.jpg

Comment tant d'élégance et d'habileté peuvent-ils se matérialiser dans ces 10 ou 15 grammes de chair, de nerfs et d'os ? Respect !....

photo-55-0781b.jpg

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits

 Les oiseaux migrateurs sont de retour ! Pas tous, mais les bécasseaux, les huîtriers-pies, les barges. Certains comme les tadornes de Belon ont passé l’hiver ici, mais ils sont plus nombreux maintenant. Les oies bernaches sont arrivées depuis un bon mois. Manquent encore à l’appel les avocettes, les échasses blanches et quelques autres….
Peut-être 2000 oiseaux étaient rassemblés ce matin pour le dé-jeûner, c'est-à-dire pour rompre le jeûne si long de la nuit ! Les oiseaux dépensent beaucoup d’énergie et ils ont sans cesse besoin de s’alimenter, et encore plus pour ceux qui ont fait une longue migration.
Je suis arrivé avant le lever du soleil. Un ciel assez chargé laissait filtrer une lumière grise. j’étais heureux de voir tous ces oiseaux de retour, mais je me disais que cela ne ferait pas de belles photos quand, tout à coup, une vaste bande d’oiseaux s’est envolée dessinant dans le ciel de fascinantes arabesques, des allers, des retours avec de brusques changement de direction. On aurait dit une immense toile qu’une main invisible agitait dans le ciel !...Ils ont fait ce va et vient pendant moins de deux minutes. Je regardais émerveillé au point d’en oublier de filmer. Heureusement je me suis réveillé et j’ai eu le réflexe d’en enregistrer 45 secondes !....

 

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits

Vol d'ibis falcinelles au-dessus des marais...
(Marais de Bourgneuf)

vol d'ibis falcinelle

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits
Ibis falcinelle
Ibis falcinelle
Ibis falcinelle
Ibis falcinelle
Ibis falcinelle

Un vol d’ibis falcinelle survole le marais de Bourgneuf et se pose dans un ancien œillet abandonné. L’ibis falcinelle fait penser avec son bec recourbé et sa robe sombre a un courlis cendré. Il a à peu près la même taille que ce dernier mais sa couleur est plus sombre et présente de splendides reflets verts et pourpres foncés. On le trouve en plus grand nombre dans les Balkans, le delta du Danube, la Caspienne, la Turquie. Il hiverne, en majorité, au sud du Sahara.
On n’en voyait pratiquement pas au début des années 2000, mais, chose rare, j’en ai photographié une centaine, il y a quelques jours, dans le marais de Bourgneuf !

Ibis falcinelle
Ibis falcinelle
Ibis falcinelle
Ibis falcinelle
Ibis falcinelle
Ibis falcinelle
Ibis falcinelle

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog