Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

Une certaine presse tente de nous faire avaler que nous ne sommes pas tous égaux, que certains hommes seraient bien au-dessus des autres, ils seraient des génies ! On en trouverait ainsi en politique bien sûr, en littérature, en sport,en sciences…

De là à dire que les hommes doivent être traités différemment, il n’y a qu’un pas !

 Qui n’a pas entendu ou lu que MOZART était un génie ? La preuve, à l’âge de 6 ans, il composait ses premières œuvres, plus tard, entendant un morceau de musique dont l’écriture était tenue secrète, il en note la partition après une seule écoute !...

En réalité on ne naît pas génie, on le devient. Si l’on se penche d’un peu plus près sur le cas de Mozart, par exemple, on se rend compte que ses œuvres vraiment intéressantes, celles que l’on joue encore aujourd’hui, n’apparaissent que lorsqu’il a 16 ans. Quand on dit qu’elles ont été écrites d’un jet - ce qui serait la preuve de son génie - on se trompe : pour quelques feuillets écrits sous le coup de l’inspiration, combien sont couverts de ratures ! Mais surtout, la musique de Mozart, ne surgit pas comme un ovni dans son époque. Elle est dans la continuité de ce qui se faisait alors. Je me souviens avoir entendu l’œuvre d’un musicien contemporain de Mozart : on y retrouvait la grâce et la légèreté du « divin » Mozart !

De 6 à 16 ans, âge de la maturité musicale de Mozart, 10 années se sont écoulées. Dix années d’un travail acharné, quotidien, pendant lesquelles il a multiplié, les gammes, les concerts sous la férule d’un père autoritaire (la figure du Commandeur dans Don Juan ?...). S’il est quelque choses de magique, c’est bien ce chiffre 10 ! On le retrouve chez presque tous les « génies ». Pour que leur potentiel puisse s’exprimer il leur faut ce laps de temps pendant lequel ils font « leurs gammes », leurs innombrables essais et erreurs, temps pendant lequel ils sont habités par leur sujet !

Mais, me direz-vous, bien d’autres enfants (ou leurs parents) ont fait preuve d’une telle constance sans devenir des « génies » ? Dire que nous sommes tous égaux, c’est affirmé que nous avons tous la même valeur, cela ne signifie pas que nous soyons des clones identiques. Ainsi, il est fort probable que Mozart ait eu un don particulier qu’on appelle « l’oreille absolue ». Dès l’âge de deux ans on peut déceler des bébés qui sont capables de reproduire avec justesse une note de musique (1 bébé sur 100 aurait ainsi cette capacité). Mais ce n’est pas parce que l’on bénéficie de ce don que l’on devient un grand musicien et de nombreux musiciens n’ont pas cette oreille-là ! De même il est probable que nous ayons des prédispositions différentes dans les domaines cognitifs, spatiaux, mémoriels,et physique. Mais ces prédispositions ne font pas, à elles seule, le génie. Elles peuvent faciliter les choses (ou les contrarier dans certains cas). Sans un travail acharné et une motivation sans faille, elles n’aboutissent à rien.

A cela il faut ajouter le rôle essentiel du milieu familial (le père de Mozart était musicien, la famille de Bach baignait dans un univers musical,…) et du milieu social. Enfin, la touche finale, est donnée par le hasard, les circonstances qui favorisent ou défavorisent tel ou tel.g--nie.jpg

Une fois le « génie » lancé, il multiplie les expériences les concerts, les compétitions, les rencontres et démultiplie ses capacités qui s’épanouissent pleinement. La différence se creuse alors avec les autres.

Les « génies » sont des experts. Comme ces derniers ils sont, la plupart du temps, incapables d’expliquer comment ils ont produit leurs œuvres (leurs conclusions). La masse d’expériences préalables est telle qu’elle s’appuie sur un cheminement extraordinairement riche et complexe. Les grand-maîtres aux échecs fonctionnent ainsi, ils « sentent » les choses mais quand on teste leur mémoire (y compris la mémoire spatiale) elle n’est pas meilleure que celle de bien d’autres !

Le « génie » n’est donc pas un être à part, c'est le résultat d'une interaction réussie. Il peut avoir des prédispositions dans certains domaines mais il est tout autant un « produit » de la famille et de la société dans laquelle il a été élevé que de ses dons et de son tempérament.

Commenter cet article

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog