Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Articles avec #han shan moine zen et poete catégorie

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
ma maison est sans murs et sans toit...(Hanshan)

Les poèmes de Hanshan sont directs et puissants. Ils cherchent à nous faire découvrir la vérité toute nue, sans ménagement. En peu de mots il nous jette à la figure sa philosophie de vie. On est aux antipodes de la poésie précieuse et raffinée des lettrés chinois et japonais qui sacrifient souvent la vigueur et l'authenticité à la beauté purement formelle. Han Shan nous fait découvrir la puissance l'art brut ! Voici l’un de ses poèmes, daté du VIIe siècle, que j’ai librement adapté.

Ma maison est sans murs et sans toit.
et les portes sont toujours ouvertes
Nourriture frugale et vêtements simples
Quand il fait froid je fais un feu
quand j’ai faim je mange ce que je peux.
Je n’envie pas la grange pleine
ni la moisson de mon voisin
Car la richesse est un poison
et la fortune une prison.
Aussi puissant que vous l'êtes
Faites attention au piège qui vous guette
à ne pas tomber au fond des oubliettes !

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
nuit de pleine lune
"Haut, plus que haut le sommet de la montagne
Je regarde alentour : pas de limites !
Je suis assis seul et personne ne le sait
Et la lune est solitaire elle aussi
Elle illumine la source glacée
Et pourtant dans la source, nulle trace de lune !...
La lune est là-haut, tout là-haut dans le ciel
Et moi, en bas, tout en bas, je murmure ce chant !
Ce chant qui, au fond, n'a pas grand chose de Zen !"
 

Oui, Han Shan, ce chant n'a pas grand chose de zen, et c'est pour ça qu'on t'aime ! Han Shan est un poète chinois du VIIe siècle qui s'est inspiré du taoïsme et du Ch'an, une forme zen du bouddhisme. Il s'est retiré dans la montagne où il a vécu loin des soucis et des honneurs de la ville. Il a été redécouvert en occident par les écrivains de la "beat generation, en particulier Jack Kerouac qui a écrit "le clochard céleste" en s'inspirant de lui. Les beattles l'ont mis en chanson dans "the fool of the hill"

"But the fool on the hill,
Mais le fou de la colline,
Sees the sun going down.
Voit le soleil se coucher
And the eyes in his head,
Et les yeux dans sa tête
See the world spinning around. .
Voient le monde tourner..."
 

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
Quand je regarde les hommes de ce monde
Paumés, complètement paumés, arpentant des chemins de poussière
Sans comprendre ce qu'ils sont en train de faire
Ni comment s'en sortir ?...

Combien ont-ils connus de jours fastes dans leur vie ?
Parents et amis ne sont près de nous qu'un court moment !

Je me dis que c'est un bonheur incomparable d'être pauvre
et tout simplement assis sous un arbre !
 
Han Shan, moine ZEN et poète (20)
Vous qui ne vivez que dans l'instant présent, avides d'honneurs, de gloire ou d'argent, passez votre chemin, Han shan vous dit que les seuls biens incomparables et qui ne périssent pas, sont en vous et dans les relations que vous tissez. Pire, quand vous courrez en tout sens sous l'aiguillon de vos désirs, vous ne faites que vous éloigner du bonheur !...
En somme ce que Han Shan nous dit c'est de poser un peu notre cul par terre et notre gros cerveau à côté et de tout simplement regarder, être attentif à l'instant au lieu de le laisser passer, en somme, méditer quelques instants au lieu de courir comme des fous !... Han Shan, reviens, ils sont devenus fous !....

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
Han Shan moine ZEN et poète (16)

Je réside seul sur ce perchoir de la falaise froide
Enchanté par tant de merveilles !

J'emporte un panier pour ramasser les herbes de la montagne
Une corbeille pour cueillir les baies, puis je reviens...

J'étale de la paille et je m'assois dessus
Pour manger des légumes
Sucer et mâcher des champignons d'une couleur rouge pourpre...

Je rince ma calebasse dans l'eau limpide de l'étang
Et je cuis un harmonieux mélange de plantes sauvages...

Assis sous le soleil, seulement couvert d'un bout de tissu
Rien qui me presse, je lis les poèmes des anciens !...

------------------------------------------------------------------------------

Quelle différence entre le "non-agir" et "ne rien faire" ? Han Shan, un poète taoïste et zen chinois du VIIe siècle, qui vit retiré dans les montagnes est l'exemple même du "non-agir", il ne cherche pas à entrer en compétition avec les autres, mais à les comprendre ainsi que lui-même et la nature, il ne produit rien qui se marchande et ne consomme presque rien, mais il ne vit au crochet de personne et laisse aux générations futures quelque chose d'intemporel, qui ne s'usera pas avant que les montagnes de Tientai, la Falaise froide et la Terrasse du ciel disparaissent : sa philosophie de la vie et ses poèmes, choses que les haineux, les avides, les jaloux, les profiteurs de rentes, les braillards de toutes sortes ne peuvent pas comprendre ! Si on veut le comparer à quelqu’un de connu en Occident, on pourrait penser à Saint François d’Assise... le plus beau des cadeaux, c'est la vie, la vie elle-même, le reste n'est pas indispensable même s'il peut être utile et positif ! Souvent les vrais héros ne sont pas des vedettes. Leurs noms ne sont pas souvent cités dans les médias, ils vivent humblement au quotidien et font le bien autour d’eux sans publicité tapageuse, mais cela n’empêche pas leur vie de valoir celle des stars. Salut à toi, Han Shan, vieux camarade !...

Han Shan moine ZEN et poète (16)

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
Hanshan : ni dos ni face...

Dans l'eau claire
Lumineuse comme du jade
On voit naturellement jusqu'au fond...

Quand le coeur est libre de toute pensée
Les drames de la vie ne peuvent le toucher

Si le coeur ne s'agite pas pour des futilités
Le changement incessant ne saurait le troubler

Si l'on comprend cela
Si l'on comprend bien cela
On comprend qu'il n'y a ni dos ni face !..


(d’après un poème de Hanshan, moine et poète Zen- du 7e siècle)

Hanshan : ni dos ni face...

"On sait qu'il n'y a ni dos, ni face."... Rien de mieux qu'un poète ch'an (=Zen chinois) pour vous pondre une de ces énigmes qui vous poursuit toute la nuit et même toute la vie !....... Ah oui, je vois, vous voulez parler du Yin et du yang et me faire comprendre que rien n’est jamais tout noir et rien n’est jamais tout blanc !.. Vous allez avoir du mal à faire comprendre cela à certains de mes contemporains, monsieur Hanshan !...

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
j'avance le corps vêtu d'une robe en fleur de ciel
Et les pieds chaussés de sandales en poil de tortue

A la main je tiens un arc en corne de lièvre
Prêt pour abattre le démon de l'ignorance !...


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 
L'ignorance n'a qu'à bien se tenir, Han Shan est parti en chasse ! 
Hmmm ! à vrai dire, à voir la folie furieuse de certains partisans de l'islam intégriste aujourd'hui, il reste encore beaucoup de travail à faire. Qui veut prendre le relais  de Han Shan ?....

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
La nuit dernière, dans mon rêve,  je suis retourné à la maison.
Ma femme tissait sur son métier

Elle arrête la navette, perdue dans ses pensées
Elle relève la navette et semble sans force

Je l'appelle, elle tourne son visage vers moi
Mais ne me reconnaît pas !

Notre séparation, il y a tant et tant d'années déjà !...
Mes cheveux ont perdu leur ancienne couleur !..

..
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 
En voilà un drôle de moine qui pense à sa femme au lieu de s'abîmer en d'austères méditations. Rabelais, apporte une dive bouteille à ce pauvre hère. Il en a besoin ce soir ....

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
Les hommes et les femmes d'aujourd'hui, comme ceux d'hier, cherchent le chemin des nuages
Le chemin des nuages est obscur, nulle trace pour se repérer

Les montagnes sont escarpées, les précipices redoutables
Larges sont les torrents et troubles sont leurs eaux...

Devant, des pics de jade, derrière, d'autres pics de jade
Partout des nuages blancs, à
l'ouest, à l'est

Voulez-vous savoir où se trouve le chemin des nuages
Nulle part, le chemin des nuages, c'est le vide !


Pour vous présenter les poèmes de Han Shan, je me suis inspiré de plusieurs traductions et j'ai essayé de les réécrire dans un langage plus accessible aujourd'hui. J'ai pris parfois certaines liberté avec les originaux.
Pour retrouver des traduction plus fidèles je vous recommande :
- HAN SHAN Merveilleux le chemin de Han Shan; éditions Moundarren, chemin des bois Millemont, 78940 France. Superbe édition offrant le texte en idéogrammes avec la traduction française. http://www.moundarren.com/poesiechinoise/hanshan.html link

- Un logiciel sous système DOS et qui a également été mis à jour sous windows : http://www.logitheque.com/logiciels/windows/education/e_book_romans_textes/telecharger/hanshan_97.htm link

-  montagne froide de Han Shan, traduction de Marc Blanchet parue dans le numéro 16 de la revue "Le matricule des anges", juin juillet 1996 link

- Le recueil de la montagne verte comporte également des poèmes de Han Shan

- Han Shan Montagne froide, traduction Martin Melkonian, editions Verdier (intéressante traduction)

Il existe encore de nombreux ouvrages sur Han Shan, en particulier en traduction anglaise. Pour la petite histoire, les Beatles s'inspirèrent de Han Shan pour leur chansons "The fool on the Hill". Toute une époque !....

Jack KEROUAC s'est inspiré de la vie de Han Shan pour écrire "le clochard céleste"
Han Shan, moine ZEN et poète (27)

Fin des poèmes de Han Shan !

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
Ma maison est sise au pied d'une falaise verte
Le jardin est un fouillis d'herbes que je  n'arrache plus

Le lierre grimpant pend en s'enroulant
Des rochers antiques se dressent

Les fruits de la montagne ? Ce sont les singes qui les cueillent !
Le poissons de l'étang ? Ils sont pour le bec des hérons blancs !

Avec moi je n'ai gardé que les écrits des immortels : un rouleau ou  deux
Sous un arbre je lis à voix basse "na...na...nam"

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 
Ce poème d'HanShan me fait penser à un autre écrit par ma mère, le dernier qu'elle ait écrit, retrouvé chiffonné sur sa vieille machine à écrire dont elle n'avait pas réussi à l'extraire. Elle parle d'un jardin :

J’aime ce jardin

J’ai un coup de coeur pour ce jardin

Où fleurit le romarin.

L’héliotrope et le lilas

distribuent leurs odeurs embaumées

Des légumes s’alignent timidement

affrontés à chaque coin

sans souci du terrain

par des touffes de marguerites et de laurier-tin.

Et les rosiers roses quasi sauvages

comme je les aime avec leurs petites fleurs serrées

comme des petits choux pommelés !

C’est une anarchie de plantes diverses

Molène veloutée et romarin s’emmêlent

Arbres d’espèces différentes

que le lierre enlace.

Pour moi c’est un jardin de rêve

Où est oubliée

cette rigidité de l’ordre

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
Le nouveau grain n'est pas encore mûr
Et le vieux grain est déjà épuisé

Je décide d'en emprunter un boisseau.
Debout devant la porte j'hésite...

La mari sort, il me conseille de demander à sa femme
la femme sort, elle me renvoie auprès de son mari !

Radins vous êtes ! Vous n'aidez jamais ceux qui sont démunis

A quoi vous sert votre fric ? Un fardeau qui vous rend stupide !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 
OK ! Han Shan, compris mon vieux ! rien à ajouter ! Damned !....

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog