Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #Lectures - cinéma - citations -...

 Les pamphlets antisémites de Céline ne sont pas interdits en France, mais n'ont pas été réédités depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L'écrivain lui-même puis sa veuve, Lucette Destouches, âgée de 105 ans, s'y opposaient. Elle a dernièrement autorisé leur réédition, mais celle-ci vient de nouveau d'âtre interdite. Il faut savoir que si l'écrivain est un génie de la littérature française, l'homme est détestable ! Nous parlerons dans une autre chronique des ressorts psychologiques de ce personnage. Son chef d'oeuvre antinationaliste, anticapitaliste, anticolonialiste, antiidéaliste et anarchiste : "Voyage au bout de la nuit" a reçu le prix Renaudot en 1932. Voici le début de ce roman qui commence avec la guerre 14-18 qui a profondément traumatisé le narrateur.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ 

 " Ça a débuté comme ça. Moi, j'avais jamais rien dit. Rien. C'est Arthur Ganate qui m'a fait parler. Arthur, un étudiant, un carabin lui aussi, un camarade. 0n se rencontre donc place Clichy. C'était après le déjeuner. Il veut me parler. Je l'écoute. “Restons pas dehors ! qu'il me dit. Rentrons ! ” Je rentre avec lui. Voilà. “ Cette terrasse, qu'il commence, c'est pour les oeufs à la coque ! Viens par ici ! ” Alors, on remarque encore qu'il n'y avait personne dans les rues, à cause de la chaleur ; pas de voitures, rien. Quand il fait très froid, non plus, il n'y a personne dans les rues ; c'est lui, même que je m'en souviens, qui m'avait dit à ce propos : “ Les gens de Paris ont l'air toujours d'être occupés, mais, en fait, ils se promènent du matin au soir ; la preuve, c'est que lorsqu'il ne fait pas bon à se promener, trop froid ou trop chaud, on ne les voit plus ; ils sont tous dedans à prendre des cafés-crèmes et des bocks.

(…) Après, la conversation est revenue sur le président Poincaré qui s'en allait inaugurer, justement ce matin-là , une exposition de petits chiens ; et puis, de fil en aiguille, sur Le Temps où c'était écrit. “Tiens voilà un maître journal, Le Temps !” qu'il me taquine Arthur Ganate, à ce propos. “Y'en a pas deux comme lui pour défendre la race française ! - Elle en a bien besoin la race française, vu qu'elle n'existe pas !” que j 'ai répondu moi pour montrer que j 'étais documenté, et du tac au tac.

 - Si donc ! Qu'il y en a une ! Et une belle de race ! qu'il insistait lui, et même que c'est la plus belle race du monde, et bien cocu qui s'en dédit ! Et puis le voilà parti à m'engueuler. J'ai tenu ferme bien entendu.

 - C'est pas vrai ! La race, ce que t'appelles comme ça, c'est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des qautre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C'est ça la France et puis c'est ça les français.

 - Bardamu, qu'il me fait alors gravement et un peu triste, nos pères nous valaient bien, n'en dis pas de mal !...

- T'as raison, Arthur, pour ça t'as raison ! (…) On est tous les mignons du roi Misère. C'est lui qui nous possède ! (…) C'est pas une vie...

Il y a l'amour, Bardamu !

Arthur, l'amour c'est l'infini mis à la portée des caniches..."


voyage 2

Parler de Céline, l'auteur du Voyage au bout de la nuit, n'est pas simple ! Autant on peut admirer l'inventeur d'un style nouveau, truculent, populiste, imaginatif qui a bouleversé la littérature en son temps (1932), autant on peut être choqué par l'antisémitisme viscéral de l'homme.

Il tourne en dérision la guerre (il a été blessé pendant la guerre 14-18), la recherche de la gloire au combat, le colonialisme...

voyage.jpg

Il se met en scène souvent dans ses livres où il se montre souvent ridicule, couard, persécuté. En somme il pratique également la dérision envers lui-même ! Il se montre persécuté tout en étant persécuteur (des juifs en particulier). C'est une tactique habile destinée à lui attirer la sympathie des lecteurs.

voyage-bout-nuit-celine-tardi2.jpg

Il a eu de nombreux imitateurs et admirateurs. Des écrivains américains célèbres : BUKOVSKI et MILLER... Des écrivains français Frédéric DARD (auteur de romans policiers, San Antonio,...) et AUDIARD, le scénariste de nombreux grands (et petits ) films populaires (Les tontons flingueurs). Ces derniers ont gardé ce qu'il y avait de meilleur dans Céline, le style.

La dérision populiste est devenue également très à la mode sur les ondes avec toute une lignée de comiques, COLUCHE en tête. Celui-ci a su pratiquer la dérision mais aussi l'autodérision, ce qui n'a pas été le cas de soi-disant humoristes qui savaient se moquer des autres (leurs ennemis de préférence ou les handicapés...), mais pas d'eux-mêmes !

L'héritage de Céline ainsi que son oeuvre sont donc très ambigüs ! Le meilleur et le pire s'y cotoient... Le voyage au bout de la nuit est peut-être l'ouvrage qui se lit le mieux aujourd'hui ?...On peut le commencer par n'importe quel bout et n'en lire que des passages. C'est le style qui marque plus que l'intrigue... A signaler une édition de luxe illustrée par le dessinateur TARDY (dont j'ai utilisé deux croquis, ci-dessus, dans cette chronique).

Commenter cet article

Yanis 27/04/2020 13:11

Étant de confession orthodoxe éthiopienne,j'ai été malmené plusieurs fois au cours de ma vie et je vous signale " L'heure de s'enivrer " de Hubert Reeves comme un excellent ouvrage et,une petite porte de sortie.
Les sympathies envers les persecuteurs sont quant à elles réelles.

Pacifiquement.

alain BARRE 11/05/2020 15:38

Céline était un antisémite convaincu ce qui lui a valu un procès à la libération, mais c'était aussi un anticolonialiste comme vous le constaterez si vous lisez son livre "voyage au bout de la nuit". Voilà ce qu'en dit Richard Ombga dans
«L’anticolonialisme dans la littérature française de l’entre-deux-guerres » ", Céline parvient, mieux que quiconque, à jeter le discrédit sur la politique coloniale de la France. Ainsi, les mythes et les slogans comme l'humanitarisme colonial, le colonialisme éclairé, l'héroïsme colonial, le messianisme colonial sont complètement balayés pour dévoiler la vaste escroquerie coloniale.
Je vous remercie pour la référence au livre d'Hubert Reeves !

esthétiqueabjection338 24/08/2018 04:25

Selon un certain Stéphane Zagdanski, dans une émission diffusée sur Arte en 2011 les pamphlets de Céline sont des « textes très drôles, étonnants de comique »,propos qu’il répète en espérant qu’ils produisent un sens.La thèse très célinienne de l’écrivain clown,paranoïaque et délirant est grotesque.Cette émission est un tissu d’erreurs,de contre-vérités,un galimatias de non-sens inspirés par un inquiétant aveuglement.Cet aveuglement,très célinien également,est délirant,débilitant,nocif,dangereux.Il porte un nom :l’antisémitisme.Les « pamphlets » de L.F. Destouches ne sont pas « stupéfiants » mais criminels.Non « Bagatelles pour un massacre » n’est pas un « traité de style » :selon LF.Destouches la littérature c’est de la merde et,pour la bien pratiquer,il conviendrait de « bien chier » (« chie pas juste qui veut »).Est-ce une position esthétique ?Non,c’est la volonté de promouvoir un projet esthétique inspiré par l’abjection.Non,l’histoire du XXème siècle n’est pas un « délire »,la littérature ne l’est pas davantage. « Un écrivain, un génie est en lutte contre son époque, il ne collabore pas avec son époque, il ne fait pas confiance à son temps »ajoute M.Z.Ce M.Z.est visiblement peu informé et se laisse aveugler par son amour pour ledit Céline qui échappa au poteau d’exécution parce qu’il prit la fuite, la « merde au cul »….Il est attesté que M.LF Destouches a été un collaborateur actif et zélé des nazis (agent du Sicherheitsdienst ou SD dirigé par Heydrich) et a même appelé au meurtre de différents écrivains parmi lesquels Robert Desnos, assassiné dans le camp de Terezin.Robert Desnos, lui, a résisté à son temps avec un courage exemplaire et l’a payé de sa vie..L’antisémitisme, indissociable de la haine de l’Occident démocratique, a été une affaire très sérieuse,la seule sans doute,pour Céline :si on l’occulte il reste bien peu de choses de son « œuvre ».Pour ma part je préfère amplement la truculence langagière de Rabelais ou celle de Clément Marot.Certains voudraient à toute force réhabiliter Céline pour des raisons peu avouables.Qu’ils se rassurent : Céline est bien parvenu à se hisser au sommet d’un seul podium, celui des plus grands écrivains racistes et antisémites de tous les temps.

Hécate 25/08/2010 12:05



Effectivement...la saveur des mots lus.  Je l'ai écouté je crois dans divers extraits autour de Céline . Merci de ce rappel .


                                    
votre Hécate



alain BARRE 25/08/2010 11:29



A signaler également, une lecture du voyage par Luccini ! Intéressant


ab



Hécate 24/08/2010 09:23



On ne peut avoir mieux que Tardi illustrant Céline ! J'ai plus d'une fois été frappé par cet accord qui se dégage de cette alliance du dessin et des mots .


"Le voyage au bout de la nuit " est d'une puissance inoubliable . Je l'avais lu il y a bon nombres d'années ,un peu sur mes gardes quand à ce qu'on en disait alors .


Je crois qu'il l'aborder en oubliant tout et plonger corps et âme dans cette oeuvre  totalement prenante .


 La rentrée littéraire est imminente .Voilà une façon de la saluer.


                                    
Bien amicalement .


                                                       
votre Hécate



Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog