Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CARAVAGE - génie imparfait
juillet  1607 : CARAVAGE quitte Naples et s’embarque pour Malte sur une galère de l’escadre commandée par Fabrizio Sforza (un membre de la famille de ses protecteurs). Il peint un St Jérôme écrivant qui est déjà un premier portrait du grand maître de l’ordre de Malte, Alof de wignacourt (musée de la Valette, Malte) auquel il voudrait demander de devenir "frère de l'ordre", ce qui jouerait un rôle protecteur pour lui.
1608-st-Jerome--la-Valette-.jpg
Septembre 1607
 Il regagne Naples. Il peint la crucifixion de saint André (Cleveland museum of art, Cleveland) et une flagellation pour un autel de famille (musée des Beaux arts, Rouen)
Le 7 février 1608 : le grand maître des chevaliers de Malte, Alof de Wignacourt, écrit au pape pour obtenir que Caravage soit admis dans l’ordre.
Fin avril 1608
 : CARAVAGE retourne à Malte. Il peint le portrait d’Alof de Wignacourt (Paris, musée du Louvre), grand maître des chevaliers de Malte, la Décollation de St Jean-Baptiste (musée de la Valette, Malte), l’Annonciation (musée de Nancy), l’Amour endormi (Florence, palazzo Pitti) et le portrait d’un chevalier de Malte
1607-alof-de-wignacourt.jpg
Le petit page qui tient le haume a fait de nouveau suspecter par certains des tendances homosexuelles chez Caravage. Rien n'est moins sûr ! En tout cas cela n'a pas effleuré l'esprit des contemporains de l'artiste sauf celui de son pire ennemi qui fut son concurrent auprès des prélats romains et, hélas, son biographe, Baglione.
Par contre, on peut remarquer que Caravage utilise de nouveau dans ce portrait officiel, le procédé des contrastes. Au superbe et martial grand maître de l'ordre, il oppose un jeune page à l'air timide. Au regard décidé du guerrier, tourné vers le haut (vers le ciel, vers Dieu), il oppose le regard curieux de l'enfant tourné vers les spectateurs. A l'armure guerrière, étincelante, il oppose des vêtements précieux !... 
Portrait peu conventionnel, certes, mais qui a plu au Grand maître et qui a inspiré Delacroix et Manet pour "Enfant avec épée"
Commenter cet article

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog