Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

Pour beaucoup d’entre nous la vie est le bien le plus précieux. Ce n’est pas le cas d’un certains nombre de personnes. Les kamikazes japonais mettaient le devoir envers leur patrie, l’honneur avant leur vie. Les terroristes qui se font exploser avec ceux qu’ils tuent, mettent leur idéal au-dessus de leur vie (ils le mettent aussi au-dessus de la vie des autres, y compris des victimes innocentes !). Les soldats, quand ils ne sont pas enrôlés de force, mettent leur vie en danger, pour la « solde » évidemment, mais pas seulement, par goût de l’aventure, du risque, de la gloire,…

D’une manière générale, les jeunes accordent moins de valeur à leur vie que les personnes plus âgées. Dans les enquêtes sur le bonheur, par exemple, les jeunes ont tendance à répondre qu’il s’agit de questions de vieux et que la question est secondaire pour eux !...

On peut remarquer aussi que, contre toute logique, ce ne sont pas des vieillards qui se font sauter avec des ceintures de bombes, mais des jeunes gens, essentiellement des hommes.

La guerre également est l’affaire des hommes plutôt que des femmes et plutôt des jeunes que des vieux. Deux chercheurs (Mesquida et Wiener) ont constaté que si le rapport entre les hommes de 15-29 ans et ceux dont l’âge est supérieur à 30 ans, dépasse 0,40 dans la population d’un pays ou d’une région, le risque d’agression collective (guerre, de conquête, guerres civiles, terrorisme, émeutes,…) augmente considérablement. L’histoire des 100 dernières années et les évènements d’aujourd’hui semblent leur donner raison. Ce facteur « âge » semble plus important dans le déclenchement d’un conflit que les autres explications se référant à l’inégale répartition des richesses ou à la pauvreté.

Quand on est jeune, on ne pense pas à la mort, on se sent immortel et l’on rêve de conquêtes, pacifiques ou non ! Il faut se faire une place au soleil et l’on est prêt à tous les sacrifices pour cela 

Commenter cet article

yves le sans mémoire 18/11/2007 10:33

L'idéalisme peut aussi jouer dans un autre sens.. Et puis chez les jeunes il a aussi, souvent, ce besoin de se rassurer en s'identifiant à un groupe, une idéologie, une béquille qui va vous insérer, vous rassurer.. Peut-être l'âge vous apporte-t-il un brin de scepticisme, de distance, lié à l'expérience, au vécu.. Fasse le ciel que cette expérience vous assouplisse : Ce n'est pas toujours le cas..
Quand je dis que l'idéalisme peut jouer dans un autre sens, c'est le réfractaire qui parle, celui en moi qui a refusé justement de porter les armes et d'obéir aux ordres d'un chef.. Même si les motifs et les absolus évoqués dans ma demande de statut d'objecteur n'étaient pas forcément tout à fait tels.. Peut-être le refus du troupeau jouait-il plus que ce refus de donner la mort sur ordre..
Arrivé à 50 ans, on se refuse à tuer le temps... On le veut vivre. Le temps n'est pas cette plaie dont on veut se débarasser. Encore une fois, les mots sont si lourds de sens..
A la prochaine!

alain BARRE 20/08/2007 16:29

Les statistiques en question ne portent pas sur l'âge des chefs ou des généraux (qui est souvent plus important) mais de la proportion  entre 2 tranches d'âge dans un même pays : les 15-30 ans et les plus de 30 ans. Bien que les USA soit un pays relativement jeune, cette proportion n'est pas très élevée.  Après une période  de retrait (sous Clinton) les USA  endossent de nouveau leur  costume de gendarme du monde  mais leur idéal reste toujours la guerre "0 mort" (de leur côté bien sûr !)

lasidonie 20/08/2007 10:53

Je pense aussi que la jeunesse est  idéaliste, du moins hors Europe actuelle. Ces idéaux, quels qu'ils soient, mènent à tous les excés et ont prise sur des esprits qui effectivement n'imaginent pas la mort. Les difficultés économiques par contre conduisent nos jeunes européens à plus de concret. Les utopies n'ont plus cours que chez un petit nombre.
Quant aux guerres, ne crois tu pas qu'elles sont d'avantage l'oeuvre d' hommes bien avançés en âge ? l'actualité hélas est là pour le montrer...Bonne semaine. Bise
Sido

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog