Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #Autres VOYAGES
BILBAO (BILBO en Basque) est situé environ à 2 heures de Biarritz par l'autoroute, dans le pays Basque espagnol, dans une ria à quelques encablures de la mer. La ville compte 350 000 habitants et ne serait pas connu dans le monde entier si elle n'abritait le célèbre musée Guggenheim construit, il y a une dizaine d'années sur les rives du fleuve  Nervion.
Le musée abrite des collections d'art moderne, peintures, sculptures, objets détournés de leur sens utilitaire,... Les styles représentés recouvrent l'expressionnisme abstrait, l'art conceptuel, le minimalisme, le pop art, etc... Mais le plus intéressant n'est pas dans le musée, c'est le musée lui-même ! Il a été construit par l'architecte canadien Franck GHERY qui est, pour moi, un artiste résolument moderne, dans le meilleur sens du terme. Franck Ghery est le spécialiste de la ligne courbe et des formes inattendues comme il l'a déjà montré pour la « maison qui danse » à Prague ! Il explique avoir été inspiré par le peintre Matisse et avoir géré la rencontre des surfaces, les intersections de courbes à la manière de celui-ci. Matisse serait heureux de cet hommage : sobriété du trait et des volumes, élégance, harmonie...

Le bâtiment est recouvert de feuilles métalliques qui lui confèrent une allure plus proche de la sculpture géante que de l'architecture traditionnelle. Il est surprenant et beau sous tous les angles.

Les oeuvres exposées à l'intérieur ne m'enthousiasment pas autant. Beaucoup d'oeuvres monumentales, répétitives qui réutilisent des matériaux de la vie courante pour les détourner de leur sens utilitaire et renouveler notre regard sur eux, nous montrant (ou en nous démontrant lourdement) qu'ils sont des oeuvres d'art.

Marcel DUCHAMP, un artiste français au début du siècle dernier avait déjà inauguré cette pratique en exposant un urinoir « tout fait ». C'est ainsi que l'on trouve au musée de Bilbao des escaliers en béton armé avec leurs fers qui débordent et leur aspect « brut de décoffrage ». Ils occupent toute une grande salle et, deux d'entre eux essaient d'escalader le mur comme il est (presque) normal pour un escalier !

Bien que cela me touche un peu, à vrai dire je n'ai pas besoin qu'on expose cela dans un bâtiment qui est en lui-même une oeuvre d'art architectural bien plus belle qu'un décoffrage d'escalier en béton. Habituellement on met la perle dans un écrin et pas l'inverse ! A ce propos les alentours du musée comportent beaucoup « d'oeuvres d'art » en construction ! Pressez-vous si vous souhaitez en profiter. L'effet musée a profité à ce quartier qui était en friche et tout le monde veut s'y installer ! Les vrais artistes modernistes et postmodernistes sont dehors : ferrailleurs, maçons, grutiers, etc...

L'entrée du musée est occupée par une oeuvre qui fait l'unanimité et dont tout le monde se souvient. Elle est d'une banalité déconcertante : une sorte de grosse peluche de dix mètres de haut, un toutou recouvert de fleurs. Ainsi l'emblème du musée qui se veut le plus avant-gardiste d'Europe reprend les clichés les plus éculés de l'art populaire : la peluche géante, le toutou et les fleurs !

Post scriptum : si vous ne souhaitez visiter que la peluche et les extérieurs, c'est gratuit, si vous souhaitez visiter l'escalier, le prix grimpe à 12 €.

Commenter cet article

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog