Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

 Quand les contradictions entre notre cerveau conscient et notre cerveau inconscient sont trop impérieuses on parle de troubles psychologiques, ou de maladies mentales. Un traitement médicamenteux est parfois nécessaire, accompagné ou non d'une thérapie.Les thérapies cherchent alors à mettre à jour et à résoudre les conflits interne à notre cerveau. Les thérapies cognitives, pour leur part, parlent de « schémas cognitifs inconscients ». Une longue réflexion et un long entraînement sont nécessaires pour, non pas  supprimer complètement ces schémas rigides, mais les assouplir suffisamment pour que la vie devienne ou redevienne vivable. La personne va alors devenir moins réceptive à certains idées ou situations négatives qu’elle attirait auparavant comme un aimant et devenir plus réceptive à d’autres qu’elle ne voyait même pas.

Quand nous sommes sous l’emprise d’un schéma cognitif inconscient cela ne nous empêche pas de penser ni de tenir des raisonnements d’une parfaite cohérence logique pour tout ce qui est de nature non affective, mais nous accumulons les erreurs dans notre vie pour le reste. Nous reconnaissons qu'il s"agit d'erreurs d’ailleurs, que si nous avons pu nous en détacher suffisamment. Si nous ne pouvons pas le faire, nous continuons à les répéter avec une inlassable monotonie.

COTTRAUX décrit cela fort bien dans son livre « la répétition des scénarios de vie » et c’est également ce que l’on entend à longueur de journées dans le cabinet du psychothérapeute. La vieille opposition passion/raison en rend partiellement compte.

 Qu’est-ce qu’un schéma cognitif ? C’est une règle inconsciente impérative du type « si…alors » qui nous pousse à agir (exemple de schéma cognitif : « je ne dois jamais contrarier les autres sous peine de perdre leur affection »). Ces schémas s’appuient eux-mêmes sur des « distorsions cognitives » (exemple de distorsion cognitive : l’inférence arbitraire « il me critique donc il m’en veut personnellement », il en existe une dizaine comme cela). Les schémas cognitifs nous font agir souvent dans la méconnaissance et souvent à l’encontre de nos propres intérêts, ils peuvent gâcher ou tourmenter bien des vies ! Heureusement ce qui est distordu peut, plus ou moins, se redresser et les schémas rigides, s’assouplir. C’est le rôle des thérapies cognitives dont l'approche est très différente de l'approche psychanalytique.

Quelques références bibliographique :

-         Les thérapies cognitives, christophe ANDRE, éditions MORISSET

-         Les thérapies cognitives, COTTRAUX, éditions de retz, 1992

-         Les scénarios de vie, COTTRAUX, éditions Odile JACOB

-   Les théraîes comportementales et cognitives pour les nuls, Willson et Branch, FIRST éditions

-      Et le site de l’AFTCC : http://www.aftcc.org/

Commenter cet article

lasidonie 27/03/2007 21:08

j'ai lu. Avec attention. Je ne connaissais pas l'approche cognitive. Cela m'intéresse bcp.
Es-tu passionné de psy...toutes les psy, pour en parler de façon si précise ?  ou es-tu un pro ? Ne répond pas ici si c'est indiscret.

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog