Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #journal des bonnes nouvelles

Le célèbre pin parasol de la plage de Portmain qui avait déjà perdu l'une de ses branches maîtresses, lors de la tempête de 2004 et que les spécialistes s'accordaient à dire condamné, est toujours là. Il a résisté encore vaillamment à la dernière tempête. Il s'est battu comme un brave, s'arc-boutant contre les coups de boutoir du vent, laissant couler les embruns sur son tronc rugueux et sur son front feuillus. Las, trois fois hélas, il a dû accepter de faire la part du vent et laisser à ce furieux l’une de ses branches secondaires. Malgré tout il est toujours vivant, dressant sa fière silhouette au-dessus de la côte dénudée. Seul de son espèce à résister dans ces territoires hostiles et arides battus par les vents. Brave petit soldat, pointe avancée du règne végétal face à l’immensité salée…Allez, courage, résiste encore… toutes nos pensées iront vers toi lors de la prochaine tempête !...

 

 

 

Deuxième bonne nouvelle : on a retrouvé la botte du capitaine Crochet ! Celle-ci gisait sur la plage à côté d’un gant dont on n’a pu identifier avec certitude qu’il lui ait également appartenu. La police scientifique est sur l’affaire… Grâce à cette découverte on peut donc affirmer aujourd’hui, que le capitaine crochet chaussait du 47. Belle pointure pour un pirate ! Même après sa mort le capitaine crochet a essayé de se rendre utile. Il a hébergé dans sa botte une colonie de pousse-pieds (également appelés : anatifes). Héberger des pousse-pieds dans sa botte, il fallait y penser… sacré capitaine Crochet !

 

Petite note de rappel : Manger ces délicieux crustacés c’est comme si vous convoquiez la mer dans votre palais et dans votre mémoire. Si l’huître est un baiser de la mer, on peut dire que le pousse-pied est un bisou, plus gentil, plus doux, un peu moins passionné, mais quel bisou tout de même !... On peut les déguster crus mais aussi les jeter dans de l’eau bouillante (salée + qqs herbes, laurier,…). Cuisson : 10 à ou 20 secondes, pas plus. Pressez le pied dans votre bouche pour faire sortir la chair blanche, ou sucez le pied. C’est délicieux, le pied…bien sûr !

 

Nota Bene : Sur la plage, le même jour j'ai trouvé une semelle avec les ongles faits et bien taillés. La preuve que " l'on trouve de tout " sur la plage. On pourrait même y faire son marché pour pas un sou et l'on y est mieux que dans un grand magasin !...  

 Post Scriptum : Jean-Luc, lecteur averti de ce blog et connaisseur en botanique, rectifie une erreur de cette chronique. L'arbre célèbre de Portmain dont j'ai dit qu'il était un pin parasol n'est pas un pin parasol. Voici ce que Jean-Luc précise  : "Quand tu parles du célèbre Pin parasol de la plage de Portmain, je vois un Cupressus microcarpa, vulgairement appelé Cyprès de Lambert, commun sur les rives atlantiques, de par la silhouette, le port de l'extrêmité de ses branches et non pas le Pinus pinea." Vérification faite, Jean-Luc a raison et de nombreus autres spécimens de cette espèce se tiennent en arrière garde, à l'abri des vents. Merci Jean-Luc !

Commenter cet article

anonyme 24/12/2008 12:02

EN effet, il s'agit d'un cyprès de lambert et non d'un pin parasol !

yves de ratiatum 04/03/2007 17:36

Chouettes de bonnes nouvelles! et riches photos qui vous emmènent... ailleurs

jean-luc 25/02/2007 07:55

" tes mots imaginés "
"imaginés", peut-être, mais je voulais surtout taper "imagés"!
:-]

jean-luc 25/02/2007 07:30

euh... Alain, faut pas exagérer non plus!
"connaisseur en botanique"??!!
certes, j'ai su reconnaître le port d'une sapinette.
Son allure caractéristique a titillé mes souvenirs de jeune homme sur les bords d'un estuaire atlantique...
Continue de nous régaler de tes mots imaginés !

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog