Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

En 1966, dans son roman qui devait inspirer le film devenu culte « Blade Runner », l’écrivain de science-fiction Philip K. Dick posait la question : « Les robots rêvent-ils de moutons électriques ? » On peut aussi se poser la question : à quoi rêvent les aveugles ? Rêvent-ils en images comme les voyants ? Et à quoi rêvent les Sourds ? Entendent-ils des voix ?

 Hélas, il n’y a pas de miracles ! Les aveugles rêvent essentiellement de sons, de paroles, de sensations tactiles, gustatives, mais aucunement d’images ! Les Sourds, pour leur part, ont un univers onirique emplis d’images et de couleurs vives mais dépourvu de paroles !

Cela s’explique simplement : Pendant le sommeil paradoxal (la phase pendant laquelle se produisent les rêves) les zones sensorielles sont déconnectées du cerveau. Les fibres associatives, par contre, restent actives et continuent de mettre en relation, entre elles, les aires de stockage des souvenirs. Bien sûr, comme cela se fait en dehors de tout système de contrôle, les séquences sont un peu dans le désordre et nous paraissent parfois carrément grotesques, anarchiques, drôles ou inquiétantes. Faut-il absolument vouloir décrypter le sens caché de toutes ces bribes de message comme a essayé de le faire Freud ? Je crois que non. D’ailleurs Freud avait lui-même truqué un certain nombre d’explications de ses rêves pour qu’elles collent mieux à sa théorie ! Par contre il me semble probable que la machinerie du rêve va puiser ses matériaux au plus près, tout simplement dans ce qui nous a préoccupé pendant la journée ou dans ce qui est un souci constant de notre existence. Les rêves retraduiraient ainsi une ambiance. Ils seraient (plus ou moins) le reflet de ce que nous vivons, ce qui n'a rien d'extraordinaire en soi. Nos rêves éveillés me semblent bien plus riches et porteurs de créativité. Ils sont, eux, le résultat de toute une élaboration qui ne doit rien aux hasards d'une machinerie qui assure vaguement le service d'entretien des réseaux de neurones pendant la nuit ! En tout cas, une chose est certaine : les manuels d’interprétation que l’on voit fleurir dans les bibliothèques ésotériques mais aussi dans les librairies plus respectables n’ont aucune valeur scientifique. Au mieux leur fonction c’est de nous procurer une agréable distraction comme le fait l’astrologie.

 Ainsi, quand ils sont angoissés, les Sourds et les aveugles peuvent avoir des rêves angoissants, mais… sans images ou sans paroles ! L'angoisse et le plaisir arrivent très bien à s'exprimer sans cela...

 

Pour les non handicapés, les rêves sont souvent peuplés d’images pour la simple et bonne raison que la vue est notre sens dominant. Une précision : Les personnes devenues aveugles après l’âge de 7 ans se sont constituées un stock d’images suffisant pour alimenter leurs rêves.

 Une question que l’on peut se poser : on sait que le rêve joue le rôle d’un organisateur ou réorganisateur des connaissances acquises dans la journée, mais que se passe-t-il quand il y a inflation d’informations ? La surabondance d’images et de sons dont les médias nous abreuvent aujourd’hui modifie-t-elle la structure des rêves ? C’est probable !... Je pense que de temps à autre (par acte volontaire et par une sorte de principe de précaution) il faut savoir se déconnecter de tous les médias artificiels pour laisser à notre cerveau le temps de faire le tri dans ce qui est vraiment essentiel et le concerne personnellement (c'est-à-dire qui ne concerne pas les infos de toute la planète et les émotions fictionnelle des autres).

Parodiant Jarry et son père UBU on pourrait dire que souvent, hélas, dans toutes les maisons...

la machine à décerveler

est toujours prête à fonctionner,

juste un bouton à appuyer,

elle trône devant le canapé,

c’est la télé !

Commenter cet article

yves le flâneur 20/01/2007 10:12

Bonjour Alain,
Je te suis... Je crois que le poids de nos vies, les joies ne vos vies, sont là, la nuit à nous faire de l'oeil, ou à nous travailler, nous harceler.. Tellement plus porteurs de richesses ces ballades intérieures quand, installés confortablement, nous laissons venir à nous images et pensées, en pilotant peut être doucement la machine, à nous laisser bercer..
Je tombe sur ce bout d'article alors que je me suis aperçu que j'avais deux exemplaires de "Un anthropologue sur Mars"... Et pourtant, ils datent tous deux d'avant la cassure de 2002...
Ce que tu écris me renvoie au cas de cet homme qui découvre la vue après une "réparationi" de sa cataracte. A Qu'étaient ses rêves avant, que sont ils devenus après. Y a t-il eu intégration de ces nouveaux éléments ou bien a-t-il continué le cheminement qui était le sien...
Yves, le gaucher contra........................riant

lasidonie 15/01/2007 13:46

Je suis très prompte à essayer de décrypter les rêves et le signe qu'ils semblent m'indiquer. Analyser au travers de bribes de situations vécues les assemblages mystèrieux que notre cerveau façonne, est parfois libèrateur d'une angoisse. C'est un domaine qui continue à me passionner. Ton article est bien interessant...

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog