Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #Lectures - cinéma - citations -...

« L’existence précède l’essence ». C’est une des phrases les plus célèbres de Sartre. Il veut dire par là que « rien n’est écrit » ni au ciel ni dans nos gènes. C’est une posture volontariste pour nous inciter à prendre notre sort en main ! C’est une pensée « existentielle » ou « existentialiste » (l’existence est opposée à l’essence, c'est à dire à une nature humaine figée) dans le sens où elle fait reposer le poids de ce qui nous arrive sur notre liberté, nos choix libres plutôt que sur un destin religieux, social ou génétique. Sartre a-t-il tort sur ce point comme il a eu tort sur beaucoup d’autres ?

 

-          Pour beaucoup de religions notre destin est déjà écrit (« mektoub » comme disent les musulmans !...). Pour les catholiques le débat sur la prédestination a déjà fait rage à l’époque de Pascal et des jansénistes. Voltaire s’en moque dans ses contes, en particulier dans Candide.

-          Pour Freud et les psychanalystes la part de liberté qui nous reste, notre « moi » conscient est bien mince ! Des forces instinctives, des complexes, des instances diverses grouillent en nous et décident à notre place ! Eros (la vie, l’amour) et Thanatos (la mort, la destruction) sont en lutte et il semble bien qu’entre 1914 et 1918 ce soit Thanatos qui l’ait emporté !... Mais ce que Freud affirme ne vaut-il pas surtout pour les personnes prisonnières de leurs névroses ou de leurs psychoses ?…

 

-          La psychologie évolutionniste, non plus,n’apporte pas d’arguments confortant la position de Sartre. Pour elle, l’homme a une essence, la femme en a une également, sensiblement différente, un certains nombre de choix cruciaux de notre vie sont déjà fortement orientés, en particulier ceux concernant la sexualité et la survie, mais la psychologie évolutionniste ne nie pas qu’une certaine liberté existe en nous. Parmi les forces contradictoires qui nous agitent nous pouvons faire des choix, privilégier l’une au détriment de (ou des) autre(s), nous pouvons également inhiber nos pulsions (plus ou moins).

 

Avec la psychologie évolutionniste et la psychanalyse nous sommes apparemment bien loin de Sartre et de l’existentialisme. Cela est-il si vrai ? Je ne le crois pas, il me semble plutôt que Sartre voit le côté optimiste de la condition humaine : celui de la liberté et du choix. Freud en voit le côté plutôt pessimiste : les pulsions inconscientes qui agissent à notre place tout en nous donnant l’illusion du choix conscient. La Psychologie Evolutionniste met en avant les contraintes « instinctives » de notre nature ce qui ne l'empêche pas d'affirmer, comme Sartre, que des choix libres sont possibles. Mais ce ne sont pas des choix souverains, nous négocions avec nous-mêmes, au coup par coup, entre nos pulsions contradictoires, plutôt que de décider d’une manière impériale !...

 

Optimisme et pessimisme sont deux manières d’être… toujours la vieille histoire de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine ! Il faut des penseurs des deux bords. Que serait un monde où ne régneraient que les pessimistes ou que les optimistes ? Donc Sartre a bien joué un rôle utile et nécessaire, mais l’on a encore plus besoin de personnes qui cherchent objectivement à comprendre ce qu’il en est. Ces personnes n’atteignent pas, en général, la renommée de Sartre ou de Freud, on les appelle des chercheurs, des scientifiques, leur travail est ardu et rarement spectaculaire, difficilement compréhensible, ils ne font pas la une des médias, ils sont même souvent décriés. Pour moi, ils sont souvent les véritables héros des « temps modernes » !

 

NB : la revue « les temps modernes » a été créée par Sartre et Simone de Beauvoir, en 1945

Commenter cet article

lasidonie 14/12/2006 22:57

un philosophe qui m'est inconnu mais je vais faire une recherche sur internet. merci de tes précisions.

alain barré 14/12/2006 22:39

Les philosophes "à la française" ont une formation littéraire et ignorent ou même méprisent les sciences. C'est le cas par exemple pour Sartre. ILs ont tendance à "philosopher en rond" n'ayant pas les outils nécessaires pour comprendre les évènements qui bouleversent notre monde ou alors ils se perdent en élucubrations détachées de la réalité. Cela n'a pas toujours été le cas. A l'époque des lumières, les philosophes écrivaient l'encyclopédie, le monument scientifique de leur époque ! Je trouve l'équivalent de nos philosophes de lumières aujourd'hui, chez certains philosophes anglo-saxons qui non seulement ne rejettent pas la science mais sont jugés par certains scientifiques comme étant leurs pairs. Je pense, en particulier au philosophe Daniel DENNETT et à son ouvrage passionnant : "la conscience expliquée", aux éditions Odile Jacob.

lasidonie 14/12/2006 18:17

qu'y a t il entre les optimistes et les pessimistes ? Tu parles des scientifiques...une voie médiane ? l'objectivité  ? l'optimiste peut être objectivement optimiste et l'inverse . La vision d'un verre à moitié plein est autant objective que la 2eme moitié !
l'objectivité relève à mon sens d'un jugement que l'on s'efforce de débarrasser des à priori. Ce que font  les chercheurs, les philosophes...comme Sartres, même s'ils se trompent...leur fonction étant d'éclairer, pour nous permettre de dire qu'ils se trompent...(rires).
Bonne soirée Alain.

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog