Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #Léa et le terminal du port au bois (feuilleton)

 Léa se sentait extraordinairement émue, des larmes lui venaient aux yeux. Pour se donner contenance, elle respira un grand coup, secoua ses cheveux tout mouillés et déclara l’air un peu pincé :

 -          Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?.. Si on ne peut pas prévenir la police qu’est-ce qu’on fait, insista-t-elle ?

 -          Madame, j’ai besoin de quelques jours pour aller à Paris. J’y ai de la famille. Ils vont nous aider, mais il faudrait que vous gardiez Yao le temps du voyage...

 Elle regarda Yao qui était agrippé à elle et bredouilla :

-          Oui…mais non, ce n’est pas possible, … je n’ai pas de place à la maison ! En un éclair elle réalisa l'incongruité de ce qu’elle venait de dire et elle rougit jusqu’aux oreilles. Il y avait, bien sûr, une deuxième chambre à la maison, mais celle-ci était occupée par Bérengère, sa « bébé »… la chatte Bérengère. Elle eut honte et reprit :

 -          Oui, ça va être possible, mais pour quelques jours seulement !

 Elle sentit les mains du petit Yao qui la serraient fort et qui tiraient sur sa robe. Elle se pencha et il l’embrassa :

 -          Tu es gentille,… comme ma maman…

Il avait peut-être quatre à cinq ans. Elle le prit dans ses bras, essaya de le réchauffer, en frottant ses épaules toutes mouillées et lui fit un câlin. Il resta ainsi, sans bouger, la tête penchée sur l’épaule de Léa. Puis il mit son pouce dans sa bouche, prêt à s’endormir.

 -          Madame, je crois que nous ne pouvons pas passer par le port. Nous serons repérés aussitôt.

 -          Oui, vous avez raison, répliqua Léa et elle poursuivit d’un ton ferme et décidé, vous allez marcher tout droit dans cette direction, jusqu’à la quatre voies. Je vous attendrai sur le bas-côté. Je mettrai les warnings. En attendant, prenez mon parapluie...

Commenter cet article

lasidonie 10/12/2006 22:35

bonsoir, alain, j'attends le dénouement...

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog