Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #Léa et le terminal du port au bois (feuilleton)

Léa commençait à s’impatienter. Son directeur, monsieur Brumachon, lui avait donné rendez-vous ce matin, à l’embauche, sur le terminal du Port aux bois, à Rezé. Cette immense plate-forme dépend du port autonome de Nantes Saint-Nazaire, elle reçoit du bois en provenance du monde entier. Il lui avait donné rendez-vous près des bâtiments de la plateforme logistique. Il devait la présenter au commissionnaire de transport qui avait acheminé la cargaison de grumes en provenance d’Abidjan. Le ciel qui était menaçant ce matin au réveil, se déchaînait maintenant en l’une de ces averses dense et drue comme le littoral marin sait en produire. Léa n’était pas descendue de sa voiture. Au bout de deux à trois minutes, de la buée s’était formée sur les vitres. Elle ne voyait plus rien. De crainte de ne pas repérer l’arrivé de son directeur, elle remit un peu de ventilation et fit battre les essuie-glaces. Comme d’habitude M Brumachon était en retard ! Il faut dire qu’il s’occupait de tant de chose en même temps ! En plus de sa florissante entreprise d’import-export, il était l’un des organisateurs du Carrefour International du bois, l’une des plus importantes manifestations de la filière qui se tenait tous les deux ans à Nantes, il donnait également des cours à l’école supérieure du bois dont il était l’un des anciens élèves et il se préparait à entrer en politique ! Parfois il donnait le tournis à Léa qui jouait auprès de lui le rôle de secrétaire de direction et était chargée de superviser le service comptabilité. Heureusement Léa retrouvait calme et tranquillité, chez elle quand elle rentrait le soir. Seule l’attendait sa chatte Bérengère, « sa bébé », une chatte ultra gâtée, toujours contente de voir sa maîtresse. Elle avait bien eu un chien, un vieux chien, Phox, que sa sœur lui avait confié il y a de cela quatre ans, soi-disant pour une semaine. Elle ne l’avait jamais réclamé. Il était mort il y a quelques mois et cela avait bouleversé Léa bien plus qu’elle ne l’aurait imaginé ! Elle était seule, sans attache humaine profonde et, bien qu’elle supportât aisément la solitude, elle se sentait parfois en manque d’amour et se surprenait parfois à jeter des regards sur son directeur avec des yeux qui n’étaient pas seulement ceux d’une fidèle employée…

Enfin il arrive, toujours pressé comme d’habitude :

-          Excusez-moi pour ce retard Léa. Je suis passé au bureau auparavant et je n’aurais pas dû !...

Commenter cet article

lasidonie 04/12/2006 10:00

Voici donc Lea dans de nouvelles aventures, A suivre donc, va-t-elle parvenir à briser sa solitude...
Bonne journée. Bises. Sido

OZENNE Brigitte 04/12/2006 09:33

Il faudrait corriger Alain la grosse faute d'orthographe que je viens de faire et remplacer le "s" par un "c". J'ai appuyer trop vite sur publier. MERCI BRIGITTE

OZENNE Brigitte 04/12/2006 09:31

Merci ALAIN pour se nouveau feuilleton, que je vais suivre avec beaucoup d'intérêt. BRIGITTE

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog