Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

PETIT GLOSSAIRE DES EXPRESSIONS TOUTES FAITES A L'USAGE DES "PSY" ET AUTRES TRAVAILLEURS SOCIAUX.

 On ne fera jamais aussi bien question « langue de bois » que les politiciens mais d’autres professions s’y entendent également à vous bourrer le mou avec de belles paroles creuses. Pour ce qui est de la mienne voici un petit florilège d’expressions toutes faites et de phrases creuses qui parsèment les réunions de travail.

Quand il s'agit d'un cas embarrassant mais que l'on n'a pas envie de passer pour un imbécile, tout en évitant de se mouiller : dire d'un air convaincu, le regard perdu dans le vague : "ça m'interpelle..." ou "ça m'interroge..."

 Si l'on attend de vous que vous teniez un rôle actif dans la résolution du problème, dites plutôt, l'air toujours aussi convaincu, mais le regard moins vague : "ça NOUS interpelle..." ou "ça NOUS interroge..."

 Si un participant du groupe ou un collègue par trop naïf ou trop insistant, vous demande où ça vous interpelle, où ça vous interroge ?...Précisez, avec une certaine condescendance : "quelque part..."

Méfiez-vous cependant des petits imitateurs qui depuis quelque temps copient les "psy" et disent à tout bout de champs : "quelque part ça m'interroge..." ou "ça m'interpelle quelque part..." C'est ainsi que les plus belles formules se dévaluent !

On peut dire aussi : "c'est un questionnement..." et, surtout dans le cas où vous n'avez pas envie de sortir de votre inaction : "c'est un questionnement sur notre pratique..." (Nota Bene : ne dites jamais "c'est un questionnement sur MA pratique...". On ne sait jamais jusqu'où cela pourrait vous mener !)

Pour camoufler votre inaction faites parfois appel à des formules chocs... Gargarisez-vous de temps à autre de : "sur un plan pratico pratique..." ou encore : "positionnons-nous sur la problématique du sujet..."  La "problématique" du sujet est d'ailleurs forcément complexe, et si l'on vous fait le reproche que les problèmes de la personne n'évoluent pas, sachez ramener vos contradicteurs à des considérations moins bassement matérielles. Que savent-ils de "la castration symbolique …? » du "rôle du phallus…» du "jeu du miroir" et du "je du miroir"... Assénez-leur l’estocade finale en déclarant que : "supprimer trop tôt le symptôme ce serait se laisser leurrer par une illusion quasi psychotique de toute puissance" et d'ailleurs "le symptôme, chassé par une porte rentrerait forcément par la fenêtre...", il réapparaîtrait "ailleurs…" où ? "quelque part..." précisément. Et la boucle est bouclée !

 Il faut dire qu’à entendre certains, « l'analyse n'est jamais terminée… »  il faut donc encore du temps… 1 an, 2 ans, dix ans… « et la guérison viendra par surcroît". C’est simple, il suffit de ne rien faire et d’avoir la foi !

 

 

A quoi sert le jargon ? Chez les psys comme ailleurs, parfois à approfondir la connaissance, mais souvent aussi à camoufler l’incompétence !

Commenter cet article

alain barré 23/11/2006 21:51

Merci pour les commentaires de ces deux experts qui ne s'en laissent manifestement pas compter par les langues de bois !
AB

Lasidonie 23/11/2006 18:14

Plus que m'interpeler, cet article soulève en moi des interrogations existentielles. qui me replongent dans les méandres de la pensée Freudienne, symptomatique des dérives hallucinatoires dans lesquelles je l'avoue...Je me noie...
Génial ! c'est trés bien observé et...entendu.
Rappelons nous les " femmes savantes" de Molière...ou" les précieuses ridicules", Il était bien au fait du sujet notre Molière, même si le jargon n'est pas le même, la démarche, elle, l'est ! En imposer par des mots dont on ignore souvent le sens...
Bonne soirée. Bises. Sido

yves le gaucher contrariant 22/11/2006 08:42

Alors là, chapeau ! Ce magnifique discours m'interpelle quelque part :
-hep, vous là bas -
- qui, moi ?
- oui vous..  ça ne vous questionne pas cette interpellation ?
- ben quoi, j'suis en règle..
- Revisitons un peu votre  pratique...
- visiter, visiter j'suis attendu moi
-  Vous n'avez pas bien saisi la problématique du sujet ...
- Si fait monsieur Barré... nonobstant votre beau discours, j'entends tout mettre en oeuvre, je dis bien tout, dans l'intérêt général, loin des mesquineries du beau discours.... Pour m'en aller baguenauder.
Yves, flâneur ratiate

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog