Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #PRAGUE Tchéquie et pays proches

Les statues sont partout présentes dans les rues, , dans les jardins, les palais, sur les toits des maisons, dans les parcs de Prague. Tous les styles se télescopent, comme pour l’architecture, dans un désordre inattendu et harmonieux.

 

 

 

Les statues classiques sont bien représentées sur la plupart des monuments, sur le pont Charles et à Notre Dame-de-Lorette par exemple. Elles sont recouvertes d’une couche de pollution noire presque charbonneuse. On se demande pourquoi elles n’ont pas été nettoyées ? Puis on se dit qu’elles sont trop nombreuses, l’on s’habitue et, quand au hasard de la promenade l’on découvre une statue qui a gardé la couleur du calcaire, on a l’impression qu’il lui manque quelque chose ! Elle perd un peu de la compacité que lui confère cette agressive teinte sombre qui évoque un peu la couleur et la densité du bronze.

 

 

 

Les bâtiments style Art nouveau utilisent souvent des statues de colosses pour soutenir les balcons. Il en existe une grande variété, plus ou moins musclés et plus ou moins grimaçants. Les colosses roses bonbon sont assez surprenants !... L’art nouveau est souvent « coquin » et l’on découvre parfois, dans le coin d’un balcon une soubrette aguicheuse et court-vêtue qui semble vous inviter à rentrer dans le salon !...

 

 

 

 

 

 

Le surréalisme (http://fr.wikipedia.org/wiki/Surr%C3%A9alisme)  est bien représenté à Prague, d’abord par la statue en l’honneur de KAFKA. L’illustre écrivain, auteur de « la métamorphose » http://perso.orange.fr/maurice.villard/kafka.htm , lui-même précurseur du surréalisme. Il a vécu pendant un temps dans l’une des minuscules maisons de la « ruelle d’or » dont nous reparlerons. D’autres statues comme ce crâne inquiétant qui semble écraser un humain soumis et fataliste, hésitent entre le surréalisme et le symbolisme.

 

 

 

 

 

 

L’étonnement est encore plus grand quand on découvre dans un parc, une cour intérieure, un passage, des statues allongées à même le sol, dans l’herbe, adossées au mur, assises sur une corniche… Elles sont de facture plutôt néo-expressionnistes. Ce style, apparu dans les années 70-80 est en réaction contre l’art abstrait et la profusion de sculptures auxquelles personne ne comprenait plus rien et que l’on regardait sans même les voir. Il ne craint pas le mauvais goût et en fait preuve d’ailleurs avec délectation ! Mais au moins ces statues, on les remarque, pour le meilleur et pour le pire ! Quel plaisir de retrouver enfin des sculpteurs qui sculptent et ne se contentent pas de suivre les veines de la pierre ! L’an dernier une exposition de statues métalliques géantes ornait la plus belle avenue de Prague. Ces statues ressemblaient à des sortes de terminator ou Robocop un peu humanisés, musclés et fessus. Elles ne laissaient pas les nombreux passants indifférents. Je me souviens même de la main de M-P tapotant au passage une fesse métallique !

 

 

 

L’impertinence est fréquente chez les artistes Tchèques, elle semble même être une de leurs caractéristiques principales qui les a bien aidés à résister à la chappe de plomb de l’occupation soviétique. Des artistes modernes en sont porteur encore aujourd’hui comme l’auteur (dont j’ai oublié le nom) de cette célèbre statue que l’on trouve face au restaurant du museum Kafka. Deux messieurs, en toute indécence, font pipi dans un bassin, bien en vue des clients qui sont à la terrasse du restaurant. Leurs hanches sont animées d’un mouvement tournant….Donc, en quelque sorte, ils se déhanchent pour mieux diriger le jet ! C’est impertinent et drôle et cela amuse beaucoup les spectateurs jeunes et vieux !

 

 

 

 

 

 

On trouve également, comme à Lisbonne, quelques statues en positions familières, avec lesquelles on peut tenter d’établir le dialogue…

 

 

 

 

 

 

Enfin, n’oubliez pas de jeter un coup d’œil en passant sur les rives de la Vltava à la célèbre maison « Fred et Ginger » du canadien Franck Gehry (un compatriote pour Glorya…), la maison qui danse. Elle participe à la fois de la sculpture et de l’architecture. http://cultureetloisirs.france2.fr/cinema/dossiers/13760391-fr.php?page=6

 

 

 

Commenter cet article

cão 08/10/2006 11:34

quel plaisir tous ces voyages proposés !
Ma blonde qui veut m'emmener partout et moi qui freine des talons en prétendant à un absolu sédentarisme...
Merci Alain de me permettre d'échapper aux aérodoromes et autres gares!
jl

grapheus tis 08/10/2006 08:50

Correction de la dernière phrase  : au coin d'une place dans une autre contrée.Ah ! La fébrile rédaction des commentaires ! J'ai pourtant tout mon temps.

grapheus tis 08/10/2006 08:47

Belle, belle balade dans la sculpture !Continues-tu dans le baroque de la Bohême ?J'eusse (!) aimé quelques signatures d'artistes. On ne sait jamais, on peut les retrouver au coin d'une pmce dans une contrée.

alain barré 08/10/2006 12:49

Merci, Jacques ! Hélas je n'ai pas noté les noms des artistes !  Pour certaines oeuvres fixes, ce n'est pas difficile, il suffit de retouner à Prague, ce que je ferai sûrement un jour. Pour les expos itinérantes (les statues au sol, les "terminators...) il faudrait demander au service culturel de la ville.alain

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog