Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #alain barré

Mon père et ma mère n'étaient pas encore mariés. Ils devaient rester séparés encore 2 ans par le service militaire de mon père....puis, mariage...et 2 ans après, nouveau départ de mon père, mais pour la guerre cette fois !... Ma mère  lui écrit alors qu'il fait son service à Rennes. Elle a 17 ans...

Dimanche 2 juin 1935, 6 h 25 du soir

Mon Marcel aimé

         Je prends un petit moment pour venir bavarder avec toi. Malheureusement, ce n'est que par écrit, je n'ai pas le plaisir de te voir. Hier matin j'ai reçu ta petite lettre avec toute la joie habituelle. Petit Marcel chéri, tu me parles de ton amour, si tu savais comme moi aussi je t'aime tu n'en douterais jamais, tu sais.

         Nous voilà encore rendus à dimanche ! A l'heure où je t'écris, où es-tu ? Penses-tu à moi ? Quand tu étais près de moi, je le savais, je le voyais dans tes yeux, mais maintenant on n'a pas le bonheur d'être réuni, le dimanche. Pourtant, aujourd'hui, si je t'avais eu ... J'ai fait une promenade charmante. J'étais avec Simone. D'abord on est parti par Treize-vents, le Pontereau, tu sais, où il y a la grotte de Lourdes. Si tu te rappelles, le 17 février on y était allé, et j'ai encore vu, à la chapelle, notre nom gravé. Et puis on est revenue par la Boulaie. On a visité les ruines du château, de fond en comble ! Je pensais à toi, à cette promenade que nous avions faite tous deux... J'en avais gardé un si bon souvenir et toi aussi je crois ?

Quand tu viendras en permission pour quelques jours, on la refera cette balade car sans toi, elle perd de son charme ! ... Ah oui, j'ai à te dire que ce tantôt j'ai fait acquisition de jolis souliers rouges et blancs. Si tu les voyais je suis sûre que tu les trouverais à ton goût. Et puis aussi j'ai acheté un pull-over bleu. Tu verras tout ça quand tu viendras, car je pense te voir dimanche. Si cela était !... tu t'imagines le bonheur que ça me donne, mon pauvre Marcel, depuis le temps que je suis privée de toi ! Je voudrais te revoir et qu'on se redise notre amour...


Commenter cet article

sido 08/06/2009 10:24

C'est intime,  émouvant et beauCes lettres témoignage de vie et d'histoire sont trésor à garder et à transmettre aux  petits enfants et arrière petits enfants.

Claudio 05/06/2009 07:26

Voilà un billet qui pourrait remettre en question mes affirmations habituelles selon lesquelles il faudrait se débarasser de "ses vieilleries" faire table rase du passé etc. etc.(Marce A(i)mé, c'est joli)

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog