Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

L'idéologie peut rendre aveugle, c'est ce qui semble ressortir du procès de Douch, accusé du meurtre de plusieurs dizaine de milliers de cambodgiens pendant l'époque des Khmers rouges. Son procès a lieu actuellement et le témoignage de François BIZOT qui fut interrogé par Douch puis relâché est troublant (http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-L-ancien-Khmer-rouge-confronte-a-sa-victime-_3637-890996_actu.Htm )


Bizot a raconté sa détention dans un ouvrage qu'il faut avoir lu si l'on désire mieux comprendre la nature humaine : « Le portail » (édition Folio, 2000). On y découvre un bourreau qui ressemble à tout le monde. F. Bizot  rapporte des propos que lui a tenu l'accusé : "Il m'a dit aussi que ce travail (la torture) le faisait vomir mais que c'était sa fonction. Jusque-là, je considérais que j'étais du bon côté de l'humanité, qu'il y avait des monstres auxquels je ne pourrais jamais ressembler. La réponse de Douch m'a fait tomber les écailles des yeux. J'avais en face de moi un homme, communiste, marxiste, comme beaucoup d'amis que j'avais à Paris, prêt à donner sa vie pour la Révolution, et qui accomplissait la mission qui lui avait été attribuée".

Pourrions-nous tous devenir des bourreaux ?  Un psychologue, Stanley MILGRAM, a mené une expérimentation sur ce sujet dans les années 60 à 63. Sous prétexte d'une expérience censée étudier les effets de la punition sur l'apprentissage, des bénévoles sont chargés d'administrer des décharges électriques de plus en plus fortes à une personne (qui est, en réalité, un acteur). Plus de 6 personnes sur 10 acceptent d'infliger au sujet, qui hurle de douleur, des chocs allant jusqu'à 450 Volts !

Milgram en conclut que lorsqu'ils se sentent protégés par une autorité (religieuse, idéologique, morale, bande, ...) la plupart des hommes sont capables de devenir des bourreaux.

Les conclusions de Milgram sont discutables dans la mesure où il est nécessaire que le candidat bourreau soit préalablement convaincu de la valeur morale de ce qu'on lui demande. C'était le cas dans le protocole mis en place, l'autorité scientifique étant largement reconnue dans notre culture occidentale. Mais dans la "vraie vie", c'était également le cas pour les tortionnaires de l'inquisition qui se savaient couverts par l'autorité du pape et croyaient travailler pour Dieu. C'est aussi le cas pour les terroristes islamistes qui pensent obéir aux paroles du prophète et œuvrer pour le bien d'Allah ? C'est le cas pour les terroristes palestiniens qui massacrent au nom d'Allah et de la libération  de leur peuple, c'est le cas pour l'armée israélienne au nom du droit de riposte et des "dommages collatéraux". C'était le cas pour l'armée américaine qui a employé la torture au nom de la lutte contre les terroristes.... Vieille et hypocrite rengaine : "si on te punit, c'est pour ton bien..."

Les personnalités sadiques et antisociales ne sont donc pas les seules concernées par ces actes de barbarie. On peut simplement remarquer qu'elles s'épanouissent dans ce genre de situation !

Faut-il être alors, irrémédiablement pessimiste ? Non ! Si notre nature humaine comporte des penchants à la violence et à la barbarie elle présente aussi des penchants pour la compassion, l'entraide, la solidarité. Ce que l'expérience de Milgram ne montre pas,  mais qui a été mis en évidence depuis, est que les tortionnaires n'obéissent aux donneurs d'ordres que s'ils se sentent proches psychologiquement d'eux (ce qui explique que les religions et les idéologies soient des enjeux majeurs pour les candidats dictateurs). Par contre si le sujet qui doit infliger la torture se sent psychologiquement proche de la victime (et encore plus s'il voit sa souffrance), il désobéit aux donneurs d'ordres. Cela concerne la grande majorité des gens à l'exception des personnalités sadiques avérées....or dans un groupe humain suffisamment important, armée, police, bande,...il en existe toujours quelques unes qui vont jouer un rôle d'entraînement sur les indécis, quand les circonstances s'y prêtent !

On ne peut donc se contenter de lutter contre la barbarie des autres, il faut aussi lutter contre la barbarie en soi. Cela suppose de développer partout les possibilités de culture et d'éducation, de mieux se connaître soi-même et de mieux connaître les autres et les autres cultures mais aussi de développer les valeurs qui sont les vrais contre-feux : la solidarité, la compassion, la justice, sans pour cela céder à la naïveté. Un programme pour lequel une vie ne suffit pas, mais auquel chacun peut, à sa manière, apporter sa contribution !....

Commenter cet article

alain BARRE 11/04/2009 19:46

Merci pour ces précisions Lassim ! Pour les kapos, il ne me semble pas que les juifs étaient nombreux à jouer ce rôle ? Cela était plutôt dévolu à des détenus de droit commun me semble-t-il.Quoiqu'il en soit, la coercition est un moyen d'amener des gens ordinaires à devenir des bourreaux, vous avez raison de le souligner. IL faut remarquer que ce n'est pas elle qui a fait agir DOUCH, ni les terroristes islamistes, non plus les militaires français pendant la guerre d'Algérie, ni les militaires américains contre les terroristes islamistes, etc...

Pivoine 11/04/2009 19:35

"Muli matti un ne nasce"Il ne nait pas de mulets méchants ( corse)c'est l'homme qui le rend mauvais.

lassim 11/04/2009 12:04

Quelques précisions à apporter à votre exposé si clair.
Si mes souvenirs sont bons, l’expérimentation évoquée – ou une autre similaire – se déroule dans des conditions  un poil différentes mais d’importance capitale :
Le sujet « torturé » et le dispositif électrique qui l’atteint ont été présentés au « bourreau » mais il se trouve ensuite dans une autre pièce où se trouvent les manettes et seuls les cris simulés lui parviennent. Le fait qu’il ne voit pas les effets de ce qu’il commande est de toute première importance.
En effet, cette expérimentation  a eu des effets retentissants, montrant que tout un chacun, vous et moi, pouvons nous retrouver en place de bourreau, avec bonne conscience, celle du devoir accompli. Il est bon que nous y songions, à froid, afin de nous en prémunir si faire se peut.
Je pense toutefois que les donneurs d’ordre, tyrans sanguinaires, sont bien au fait confusément de la nécessité de déléguer la mise en place des supplices à des sous-sous fifres qui  réaliseront en direct les basses œuvres soit pour du fric, bourreaux de métier, soit sous la contrainte suivante : la menace de se retrouver eux-memes en place de suppliciés. Ainsi en fut-il dans les camps de concentration où les petites mains de l’extermination furent certains juifs nommés Kapos qui y trouvèrent le moyen d’échapper à la mort, non sans une épouvantable culpabilité. L’idéologie aryenne n’était pas là pour leur donner bonne conscience...C'est pour Paques que vous nous avez pondu cet oeuf là ? Encore un bon supplice que ce chemin de croix !Joyeuses Pâques...

nathalie1962 10/04/2009 21:31

Il semble que même le pire des tueurs soit persuadé de le faire pour de bonnes raisons mais il n'existe aucune bonne raison de torturer ou tuer ! Bon week-end ! A bientôt

La Fanchon 10/04/2009 09:55

Comme toi cette déclaration m'a troublée ; est-ce le temps écoulé qui permet cette forme d'indulgence ou une certaine idéologie du pardon ? Je ne suis pas assez qualifiée pour en parler.Journée pluvieuse ici, chez toi aussi sans doute.

alain BARRE 10/04/2009 09:45

Oui, Claudio ! Excellent film "I comme icare" d'Henri Verneuil, avec Yves Montand. L'expérience de MILGRAM est mise en scène dès le début du film. Merci pour les références du film de Ken LOACH !ab

Claudio* 10/04/2009 07:38

Cela me rappelle deux films : I comme Icare où on assiste à une scène concernant les fameuses décharges électriques. La leçon fait froid dans le dos. Et, j'ai oublié le titre du second, un film de Ken Loach : Guerre d'Irlande, un homme chefaillon de l'IRA fait exécutrer son propre frère. C'est "son" boulot.

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog