Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #Lectures - cinéma - citations -...

Il faudrait être sourd pour ne pas entendre parler de Da Vinci code ces jours-ci. L’histoire tourne autour de la descendance de Jésus et de sa femme (supposée) Marie-Madeleine. L’auteur affirme que ses hypothèses ne sont pas plus invraisemblables que celles de l’Eglise qui exige de ses fidèles la croyance en la virginité de Marie (la mère de Jésus et la femme de Joseph le charpentier) et en la divinité du même Jésus. On ne peut pas dire qu’il ait tort ! Les 1,3 milliards de musulmans dans le monde (pour lesquels Jésus est un prophète parmi d’autres), ne le contrediront pas ainsi que bien d’autres citoyens de la planète, adeptes ou non d’une religion. Alors où est le problème ? Il n’y a pas vraiment de problème ! L’auteur a essayé de faire un thriller à succès, il y a réussi. Pour cela il a réuni tous les ingrédients d’un cocktail abouti : une bonne dose de suspense, un doigt de scandale, un peu de mystère et beaucoup de talents. Un autre roman à succès  (qui a été porté au cinéma également): « Les rivières pourpres », jouait, à peu près sur les mêmes ressorts et utilisait également Jean RENO dans le rôle d’un commissaire. Le film accumule une dose remarquable d’invraisemblance, c’est la loi du genre et l’on ne peut pas le lui reprocher. Par contre, le metteur en scène n’arrive pas à transmettre une atmosphère aussi dense que celle des « rivières pourpres » et l’on se prend, de temps à autre, à réprimer quelques bâillements, ce qui est dommage pour un thriller ! Jean RENO est sous utilisé et Audrey TAUTOU est pâlichonne. Il reste que le fond du sujet n’est pas inintéressant : à la fable de Jésus, né d’une vierge et fils de Dieu, Dan BROWN substitue une autre fable, Jésus marié, père d’une fille (dont Audrey Tautou est la descendante). Pourquoi pas ? Au passage, Dan Brown en profite pour lancer une charge vigoureuse contre l’attitude réactionnaire de l’église au cours de l’histoire, en particulier envers les femmes. Ne vous attendez tout de même pas à trouver un « traité d’athéologie » (Michel ONFFRAY n’était pas derrière la plume de Dan Brown !). Face à ce film, qui ne fait pas dans les surplis de la dentelle, la réaction de la hiérarchie catholique, et encore plus de l’Opus Dei (directement mis en cause) est remarquable par sa discrétion. On frémit en pensant à ce qu’auraient été les réactions du monde musulman si un quart du dixième de ce qui est évoqué sur Jésus dans cette œuvre de fiction, l’avait été sur Mahomet ! (On peut en avoir une petite idée en consultant les réactions du porte-parole de la mosquée de Genève lorsque la pièce de VOLTAIRE, « Mahomet », a été jouée sur la scène de Carouge, en Suisse. Il n’est pas sûr que dans quelques années on se souvienne encore de ce film, deux siècles et demi après, on joue encore la pièce de Voltaire ! 12/20 dans ma cotation personnelle.

Liens : Le site de la revue Lire qui présente la pièce de Voltaire

http://www.lire.fr/critique.asp/idC=47034/idTC=3/idR=213/idG=8

Le site d’un journal Suisse qui présente l’affaire

http://www.lematin.ch/nwmatinhome/nwmatinheadactu/actu_suisse/voltaire_derange_les.html

Si le cœur vous en dit, vous pouvez lire la pièce de Voltaire sur le site de la base de données textuelles FRANTEXT : http://www.areopage.net/Textes/Mahomet.htm

Commenter cet article

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog