Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #Poèmes

Jacques parlait de la traite des noirs à NANTES dans sa chronique du jeudi 11 mai 2006, (vous pouvez la lire en suivant le lien : http://www.outremer44.org/lecodenoir.htm ou en cliquant sur « Jacques : poésie, littérature, réflexion au jour le jour », sous la rubrique lien). Il évoquait la plainte déposée auprès de l’amirauté, contre les esclaves qui faisaient du tapage nocturne sur les quais. Chose surprenante, il semble que les esclaves avaient le droit de vaquer dans les rues de Nantes ? j’aurais aimé en savoir plus. Il faudrait avoir pour cela accès aux documents de l’époque. En l’absence de plus de précision, jacques me communique un site particulièrement intéressant (« Mémoire de l’outre-mer »)où l’on trouve de nombreuses informations sur la traite des noirs et, en particulier, le code noir de Colbert. Sa lecture est édifiante : http://www.outremer44.org/lecodenoir.htm

Merci Jacques !

Les rapports Nord/Sud n'ont jamais été simples? Commencés sous l'impulsion civilisatrice de l'époque des Lumières, ils se sont poursuivis par l'occupation militaire, les conversions forcées, la traite des noirs et l'exploitation des ressources. Tout n'a pas été négatif mais les dégâts ont été importants même si l'excuse du colonialisme sert souvent à justifier le maintien au pouvoir de dirigeants incompétents et corrompus qui font le malheur de leurs propres pays.

"Mesdames et messieurs

Veuillez nous excuser

Mais à la suite d’un incident

Aussi regrettable que fâcheux

La machine s’est affolée

Le système s’est déréglé

Et toutes les affaires se sont mélangées

Si bien que l’on ne peut plus reconnaître où sont

Les nôtres et les vôtres

Les vôtres et les leurs

Les leurs et celles de bien d’autres…

Et l'on ne sait plus

Quoi est à qui, qui est à quoi

Ce qui est bien acquis ce qui est mal acquis

Quoi est à toi et te revient de droit 

Une chose est certaine toutefois

Certains meurent de produire à la chaîne

Ce qu’ils ne mangent pas

Pendant que d’autres meurent de trop manger

Ce qu’ils ne produisent pas !

Commenter cet article

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog