Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

Pour moi ce n’est pas dieu qui est divin, c’est l’existence qui est divine. Si j’étais né il y a 5000 ans, j’aurais adoré les forces de la nature, le soleil, les astres, le vent puis des dieux multiples et, les millénaires passants, un dieu unique. Dire qu’un dieu a un plan (un dessein) pour nous, qu’il nous a envoyé son fils ou des prophètes pour nous en parler cela me semble humain, trop humain, une belle fable, une parabole…Ce qui est certain c’est que l’univers existe et que l’homme en fait partie, comme une expression de la vie parmi d’autres. Il n’est pas le but de la vie sur terre qui, elle-même, n’est pas le centre du système solaire, qui lui-même n’est pas le centre de notre galaxie, qui elle-même n’est pas le centre de l’univers…

Mais l’univers n’est pas sans règles. L’observation, la réflexion, la recherche, les sciences nous permettent d’en comprendre quelques unes. Voici un exemple d'une belle découverte scientifique : quatre forces, pas une de plus, partout et toujours (depuis le bigbang) organisent l’univers :

-         La force nucléaire qui soude les noyaux atomiques

-         La force électromagnétique qui assure la cohésion des atomes

-         La force de gravité qui organise les mouvements des corps célestes

-         La force dite «  faible » qui intervient au niveau des neutrinos

(Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, sans trop vous prendre la tête, vous pouvez lire « la plus belle histoire du monde » de REEVES, DE ROSNAY, COPPENS, SIMONET aux éditions du seuil et, également maintenant, en collection de poche).

Pour ce qui est du monde du vivant, la théorie de l’évolution accumule les éléments sur les étapes de notre histoire et, pour notre monde intérieur, les neurosciences et la psychologie mais également la philosophie, la littérature et les autres arts nous ouvrent des perspectives passionnantes.

Les religions ne me paraissent pas inutiles mais elles apportent des réponses en décalage par rapport aux besoins de notre époque. C’est particulièrement flagrant pour la religion musulmane.

Pourquoi utiliser la fable du péché originel plutôt que de dire que l’évolution n’a pas fait de nous des anges mais nous a doté d’une forte dose d’agressivité qu’il nous faut sans cesse essayer d’apprivoiser, à « la sueur de notre front » ! Pourquoi utiliser la fable de l’âme immortelle ou de la réincarnation alors que nous savons que nos atomes ne se perdent pas mais se transforment et, surtout, que nos gènes nous accordent une certaine immortalité en se transmettant, au travers de nous, de génération en génération. Sachant que tous les gènes n’accèdent pas à « la vie éternelle », seuls, les « bons » se transmettent ; il y a également un « enfer » pour les gènes (pour en savoir plus sur ce sujet on peut lire le remarquable petit livre de Richard DAWKINS : «  qu’est-ce que l’évolution ? le fleuve de la Vie », édition Hachette, pluriels).

On pourrait ainsi multiplier les exemples. A la question ultime « pourquoi il y a t’il quelque chose plutôt que rien ? », les religions répondent par une pirouette, en sortant un lapin du chapeau, une ribambelle de dieux de toutes sortes, puis quelques uns et enfin, un dieu unique, un big boss. C’est une réponse typiquement anthropomorphique et qui permet à certains de s’arroger le pouvoir, éminemment terrestre, de parler en son nom.(«  S’il y a un univers, c’est que quelqu’un l’a créé ! Oui mais qui a créé ce » quelqu’un ? »)

 On ne peut que constater l’existence : « il y a quelque chose plutôt que rien » ; nous en faisons partie et nous pouvons essayer d’en comprendre les lois.

Mais alors on s’expose à vivre sans morale ! La morale et la religion sont sans doute apparues en même temps au cours de l’évolution et ce n’est pas la morale qui a besoin de la religion, c’est la religion qui a besoin de la morale. Alors que la morale semble jouir d’une certaine indépendance par rapport aux pouvoirs, les religions leurs sont intimement associées -pour le meilleur mais aussi pour le pire- au point que le roi, le pharaon, l’imperator sont également des chefs religieux !!!

C’est pourquoi je n’ai pas besoin de l’hypothèse d’un dieu créateur qui aurait un dessein sur nous. Je crois seulement que l’existence est « divine » et c’est une extraordinaire aventure d’essayer d’en comprendre les règles. Cette position peut paraître inconfortable. Elle ne l’est pas plus que celle de mes amis croyants avec lesquels je me retrouve en accord sur de nombreuses positions morales.

Nous aurons fait un grand pas pour la tolérance mutuelle quand une chorale pourra chanter aussi bien dans une mosquée, que dans une synagogue ou dans une église, la chanson de SOUCHON « Et si en plus y’a personne » !

« Abderhamane, Martin, David
Et si le ciel était vide
Tant de processions, tant de têtes inclinées
Tant de capuchons tant de peur souhaitées
Tant de démagogues de Temples de Synagogues
Tant de mains pressées, de prières empressées

Tant d'angélus qui résonne, et si en plus  y'a personne

Abderhamane, Martin, David
Et si le ciel était vide
Il y a tant de torpeurs
De musiques antalgiques
Tant d'anti-douleurs dans ces jolis cantiques
Il y a tant de questions et tant de mystères
Tant de compassions et tant de revolvers

Tant d'angélus qui résonne, et si en plus  y'a personne

Arour hachem, Inch Allah
Are Krishhna, Alléluia

Abderhamane, Martin, David
Et si le ciel était vide
Si toutes les balles traçantes
Toutes les armes de poing
Toutes les femmes ignorantes
Ces enfants orphelins
Si ces vies qui chavirent
Ces yeux mouillés
Ce n'était que le vieux plaisir
De zigouiller

Et l'angélus qui résonne, et si en plus y'a personne »

Commenter cet article

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog