Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

J’étais en Suisse il y a quelques jours. Voila un pays, grand comme quelques départements français, qui compte 26 cantons disposant d’une large autonomie concrétisée par des « votations » sur toutes sortes de sujets, qui parle 4 langues et se permet, malgré ce que l’on pourrait considérer comme des handicaps, d’afficher une santé économique remarquable !

Je me disais, en traversant ce petit pays, que plutôt que de lorgner du côté des Etats-Unis pour créer une constitution européenne, l’on ferait mieux de s’inspirer de notre voisin européen.

Les Suisses sont très individualistes, bien qu’ils aient la sensation d’appartenir à un même pays. En réalité, la géographie de vallées séparées par de hautes montagnes explique assez bien cela.

Malgré ce sentiment que l’on pourrait résumer par la devise « chacun chez soi et les vaches seront bien gardées », ils ont réussi, en dépit de difficultés extrêmes, à créer un réseau routier remarquablement unifié !  Donc, autonomie de chaque canton mais aussi remarquable travail en commun quand la situation l’impose malgré la lourdeur que suppose l'utilisation de 4 langues pour la confédération. Pour accéder au réseau autoroutier, chaque canton aurait pu faire payer son petit bout d’autoroute (26 cantons !) et multiplier les péages. Cela aurait été stupide évidemment mais on ne  se gêne pas de le faire en France, par exemple entre les Landes et Hendaye, vous mettez la main à la poche 3 fois pour payer des tronçons d’autoroute ! Les douaniers Suisse vous propose une vignette qui coûte environ 40 € et vous permet de sillonner le pays pendant toute une année !! Certains se diront que c’est cher. Par comparaison, un aller-retour NANTES-PARIS coûte à peu près le même prix, mais pour une journée, pas une année !

Le désarroi des électeurs européens qui disent non au projet de constitution trouverait peut être sa solution si, au lieu de lorgner sur la constitution américaine on se contentait d’exemples plus modestes, plus proches de nous et qui fonctionnent. Certains rêvent d’une Europe, à l’image et rivale des USA, avec une administration centralisée et forcément bureaucratique, une diplomatie unique et une armée en conséquence.  Cette Europe, me semble-t-il, est rejeté par beaucoup de citoyens, à commencer par la France et, dernièrement, l’Irlande. D’autres voudraient une « Europe sociale », vague utopie entretenue par les nostalgiques du communisme qui n'ont pas de projet concret à proposer. Ils sont "contre", "anti", antimondialiste, anti échanges commerciaux par l'intermédiaire du marché, "antilibéraux" comme ils se définissent eux-mêmes... Ne serait-il pas plus judicieux de revenir à l’état d’esprit des pères fondateurs : favoriser la paix entre nos nations par la communication, l’échange, c'est-à-dire le commerce ? Cela nous incitera, comme en Suisse, à développer des voix de communication, des contacts fructueux, sans développer une bureaucratie envahissante qui prétendrait tout régenter…de loin. L’ambition, modeste de cette vaste zone de libres échanges nous permettra alors d’intégrer d’autres pays sans que cela ne soit source de difficultés majeures et sans qu’il y ait besoin de référendum-barrière (comme on est entrain, hypocritement, d’en imaginer un pour repousser la Turquie). S’il s’agit de constituer un super état, on peut se poser la question du niveau économique, de la culture, de la religion,… mais s’il s’agit de mieux vivre ensemble ces questions n’ont plus lieu d’être. Ce n’est pas d’une constitution dont l’Europe a besoin, ni d’une pléthorique bureaucratie, ni d’une armée étatsunienne, mais de routes sans péage tous les dix Km et de voies ferrées qui se raccordent !... Voilà comment faire taire les désaccords !...

Commenter cet article

alain barré 05/07/2008 06:41

Tu as raison Sido, mais j'essaie de tirer une conclusion des "Non" à répétition opposés par les électeurs à l'Europe. Je crois qu'ils expriment un refus d'une Europe supranationale mais pas un refus des échanges de toutes sortes : commerciaux d'abord mais aussi culturels. Par ailleurs, me semble-t-il, deux conceptions s'affrontent : les uns aspirent à une "nation" européenne. Celle-ci doit être homogène (y compris du point de vue géographique et religieux). Elles exclue donc la Turquie. D'autres envisagent de faciliter les échanges de toutes sortes et de développer des structures souples, qui peuvent facilement intégrer la Turquie et d'autres pays au-delà de la Turquie. En somme, certains font le rêve d'une Europe qui deviendrait (ou redeviendrait) une superpuissance face aux géants de l'Amérique et de l'Asie, d'autres se contentent d'une approche plus modeste et plus efficace.AB

sido 04/07/2008 08:56

Bon, un peu "lapidaire" ta conclusion ! Si l'entente pouvait se résumer à des libres accés ! Bien d'autres critères sont à prendre en compte dont l'économie, à mon sens l'incontournable...

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog