Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #Lectures - cinéma - citations -...

J’ai lu quelques poèmes de Houellebecq (Poésies, collection de poche « j’ai lu »). Il écrit en alexandrins, c’est bien ! Si vous avez le moral, que vous êtes exagérément optimiste et que vous ne voyez nulle part poindre la moindre once de souci ou d’emmerdement ni pour vous, ni pour vos amis, ni pour vos proches, lisez les poésies de Houellebecq, il saura vous ramener à une appréciation moins scandaleusement heureuse de l’existence !

  C’est plutôt bien écrit suivant les règles de la versification, mais quel sombre plaisir prend-il à toujours vouloir gratter ses plaies là où çà lui fait mal ?

 Je ne souhaite pas vous en dégoûter. En parler d’ailleurs, c’est plutôt faire sa publicité.

 On le plaint parfois et même on compatit. On comprend que la poésie soit, pour lui, une sorte de catharsis , une forme de thérapie et cela n'est pas inutile mais l’on se prend à espérer qu’il sorte un jour de cette misère pour nous parler de ce qu’il y a de beau dans sa vie…

Un extrait :

 « Mon père était un con solitaire et barbare ;

Ivre de déception, seul devant sa télé,

 Il ruminait des plans fragile et très bizarres,

 Sa grande joie étant de les voir capoter.

 Il m’a toujours traité comme un rat qu’on pourchasse ;

La simple idée d’un fils, je crois, le révulsait.

Il ne supportait pas qu’un jour je le dépasse,

Juste en restant vivant alors qu’il crèverait. »

 Etc… C’est un extrait, il y a encore deux (cata)strophes comme aurait dit mon prof de français ! Le livre comporte plus de 200 textes.

On perçoit une certaine évolution positive au fil des pages (bien que je n’ai pas encore tout lu, il faut savoir protéger sa réserve de bonne humeur) et la fin laisse percevoir une lueur d’espoir :

 « Quand nous traverserons la peur

Un autre monde apparaîtra

Il y aura de nouvelles couleurs

Et notre cœur se remplira

De souffles qui seront des senteurs. »

 C’est ce que je lui souhaite de tout cœur et j’espère qu’un jour il trouvera l’apaisement tout en conservant son style et de belles rimes !...

 Pour finir sur ce sujet, voici quelques réflexions extraites de « Quelques idées (pas) toujours bonnes à dire » :

  93 - « Peindre, filmer, décrire la cruauté, la folie, la déchéance, c’est le gage absolu de ne pas être superficiel, pensent certains de nos beaux esprits alors qu’en réalité ils ne font qu’obéir aux lois triviales du marché qu’avec raison ils détestent ! En effet il est beaucoup plus facile de retenir l’attention de quelqu’un en lui faisant peur, en jouant sur son anxiété qu’en lui faisant découvrir la beauté du monde et des êtres autour de lui. Un meurtre dans les dix premières secondes du film, vous êtes sûr de retenir un grand nombre de (télé)spectateurs et vous gagnez au jeu de l’audimat qui n’est que la variante implacable, pour le monde des arts, de la loi du marché.

 Renoir s’il revenait aujourd’hui, aurait-il du succès ? Comparés à l’étalage solitaire et désolé de « l’animalité anthropoïde » peint par BACON, ses guinguettes et ses nus pleins de rondeurs et de vie n’auraient aucune chance. Quelle galerie aurait l’audace inouïe d’exposer un tel indécent étalage de bonheur ? »

 

 

 

 

 94- « Se trouver un ennemi commun à détester, voilà bien le degré zéro de l’amour ! »

 

 

 

 

N° 95-  « Détester les autres et se pardonner à soi-même et à ses amis, tel est le plus petit dénominateur commun sur lequel se retrouvent un certain nombre d'animateurs radio et télé sous prétexte d'humour. »

 N° 96- « Railler, détester, ne pas comprendre, voilà la recette pour être un artiste pensent certains. » (Le contraire de cette pensée de SPINOZA : « ne pas railler, ne pas pleurer, ne pas détester, mais comprendre »).

 N° 97- « Sous prétexte que l’art est un éveilleur il ne faudrait réveiller l’homme aujourd’hui qu’au son tonitruant de ses pires folies et de ses pires horreurs. Non, l’art n’est pas et ne doit pas être le journal télévisé du matin ! »

Commenter cet article

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog