Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #TURQUIE

Dans son roman « neige », Orhan PAMUK met en scène les contradictions qui agitent la société turque. Aux frontières Nord-Est du pays, dans la ville de Kars bloquée par la neige, s’affrontent le pouvoir en place et les diverses tendances qui bouillonnent dans la société :

- Les représentants de l’état, laïcs et nationalistes. Ils sont les héritiers du pouvoir centralisé et occidentalisé créé par Ataturk en 1923 et plutôt coupé du reste de la population.

- L’armée, gardienne des idéaux de la révolution kemaliste, et qui est toujours prête à rétablir l’ordre au prix d’un coup d’état !

- Les islamistes modérés qui sont tolérés par le pouvoir mais surveillés.

- Les islamistes intégristes qui sont pourchassés.

Le héros de "Neige" passe d’un milieu à l’autre (cela lui est rendu possible par sa double position de poète et de journaliste venu enquêter sur les suicides de Kars). Il nous fait comprendre, de l’intérieur, les bonnes et les mauvaises raisons de chacun. Nous rencontrons ainsi, Muhrat, son ami d’enfance avec qui il a milité dans des cercles marxistes autrefois. Muhrat s’est converti à l’islam sous l’influence d’un cheikh réputé. En réalité, il est passé d’un guide à un autre. Il se présente aux élections municipales pour le compte du parti islamiste et devrait être élu ce qui ne l’empêche pas de se faire copieusement tabasser par la police locale ! Nous entrons dans l’intimité des jeunes filles de Kars qui exigent de pouvoir porter le voile à l’école (débat qui nous rappelle quelque chose en France, mais la constitution turque n’est-elle pas largement inspirée de la constitution française ?). Nous rendons une visite secrète à Lazuli, un terroriste connu et médiatisé.

Nous sommes plongés au cœur de la marmite de l'ancien empire ottoman et Orhan Pamuk, l’auteur, orhan-pamuk2.jpg

ne nous donne pas de clé pour en sortir.

Un roman social et politique passionnant dans lequel il faut prendre le temps d’entrer. Tout se déroule en trois jours mais le temps est très « labyrinthique » chez Pamuk et il nous balade dans les rues enneigées de kars avec de brusques accélérations savamment orchestrées. Il mélange les styles et les formes de narration. L’on sent des influences très variées, celle de  Faulkner par exemple.... Un livre incontournable à lire avant un voyage  en Turquie si l'on ne souhaite pas se cantonner à la découverte des sites archéologiques.

Orhan Pamuk ne prend pas parti, il se contente de faire un état des lieux (romancé et sous une forme dramatisée). Pour comprendre si une issue est possible et mieux voir les macros évolutions de la société Turque, il nous faut changer de point de vue et chausser les lunettes de l’économiste. C’est cette vision que nous offre l’essayiste Guy SORMAN dans son ouvrage : les enfants de Rifaa....

Commenter cet article

alain BARRE 28/03/2008 22:05

Oui, la Turquie est un monde complexe...autant la turquie moderne, celle d'Ataturk, que la turquie ancienne, celle de l'empire ottoman ! Il faudrait aussi parler de l'empire Byzantin : la nouvelle Rome, de la Grêce antique, d'où sont issus mathématiciens (Thalès), philosophes, architectes,.... Incroyable Turquie, au coeur des problèmes qui agitent l'occident et l'orient et qui puise dans son passé immense pour essayer de trouver une nouvelle voie !AB

Yves le contrarianat 28/03/2008 20:48

Que de passion contenue... Partir là bas, si loin et si proche en même temps ce monde.. Cette rupture Ataturk, ce double visage du personnage, univers partagé entre deux mondes... Pour faire grossier : monde européen, monde.. autre..J'aurais grand mal à lire tout ça, mais tu nous donnes par tes paroles même ce regard que nous n'avons pas. Yves

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog