Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

À partir du néolithique et de l’invention de l’agriculture (-10 000 ans environ), les choses changent rapidement. L’homme n'a plus besoin d'honorer la nature, il en a la maîtrise, il la soumet et n'en discerne plus le caractère sacré. Les divinités désertent l'environnement proche de la Nature et se regroupent dans une sorte de lieu imaginaire (l’olympe pour les Grecs) et revêtent les habits allégoriques de la mythologie.
Puis, les sociétés humaines se structurent, les royaumes deviennent de plus en plus démesurés et les dieux de la mythologie se rassemblent et se fondent, progressivement, en un seul être suprême, à l’image du chef suprême de l’empire. Les monothéismes sont nés ! L’homme a ainsi fini de dominer la nature, elle lui est soumise partout, pas seulement sur la terre, mais aussi au ciel, par l’intermédiaire d’un Dieu unique, qu’il a créé à son image et à celles des aspirations et des passions qui le tourmentent !
 Quinson24.jpg

Nous commençons à voir aujourd’hui les limites de cette domination. La nature entame sa revanche. Gaïa, la terre, dont nous nous sommes dissociés, pour mieux la maîtriser, nous rappelle à l’humilité. Nous ne sommes pas les maîtres absolus de la création, même si nous avons inventé un (des) Dieu(x) pour nous représenter et nous placer au-dessus d’elle. Nous sommes seulement l’un de ses composants, l’un de ses éléments et, qui plus est,  qui n’est pas destiné à durer (notre espèce peut très bien disparaître comme cela est arrivé à d'innombrables autres espèces). Il nous faut réapprendre à penser NATURE. Nous avons beaucoup à découvrir auprès de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs. Ils n’étaient pas de grossiers personnages, incultes et sanguinaires. Costumés à la mode d’aujourd’hui, ils passeraient inaperçus dans nos villes. Leur cerveau fonctionnait exactement comme le nôtre, le respect de la nature en plus !

Commenter cet article

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog