Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Mai 68 n’est évidemment pas une révolution mais une révolte. Elle marque, tout à la fois, l’apogée de la révolution industrielle et le « début de sa fin ». Les richesses que cette dernière a apportées s'appuient sur des rapports individuels, familiaux et sociaux d’un autre temps. Dans beaucoup de pays industrialisés des révoltes de la jeunesse, identiques à celle de mai 68 en France, éclatent, signifiant bien par là que les temps sont entrain de changer («The times they are a changing » chante Bob Dylan :http://www.lacoccinelle.net/traduction-chanson-1579-.html )

L’aspect politique de ces révoltes prend les couleurs du maoïsme sous l’influence de la révolution culturelle chinoise et de l’appui financier que ce pays, pourtant alors très pauvre et sujet à des famines, distribue dans le monde entier à ceux qui le soutiennent dans sa lutte idéologique contre l’URSS. Dans ce sens, Mao-tsé-toung a sûrement été le plus grand manipulateur du XXe siècle ! Dans son propre pays il a utilisé, cyniquement, la fougue, l’intransigeance et l’aspiration à un idéal de la jeunesse pour reprendre le pouvoir et il a provoqué la scission des partis communistes dans le monde entier pour gonfler les rangs de ses partisans dans l’internationale communiste. Il ne s’agissait, en fait, que de la lutte banale et cruelle, d’un vieil empereur déchu pour récupérer son trône. On peut, peut-être, lui accorder d’avoir été un nationaliste utile à sa nation ? Les chinois en jugeront eux-mêmes quand  ils réussiront  à  accéder à la démocratie. panneausncf.jpg

La vraie révolution qui s’annonce et que les révoltés de 68 ne soupçonnent même pas à l’époque, est celle des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Elle a débuté, sans bruit en 1971, par la fabrication du premier microprocesseur par la société INTEL. Aujourd'hui, plus d’un milliard d’hommes utilise un ordinateur et 800 millions communiquent par Internet, les téléphones portables raccourcissent les distances, y compris dans les pays du tiers-monde…

Pour mémoire, on peut rappeler les grandes dates des 3 révolutions industrielles :

1780 : Fin de l’artisanat, apparition de la production mécanisée, …

1880 : La production de masse, l’électricité, les moyens de transport, le travail à la chaîne, …

1980 : L’informatique, la mondialisation, …

Nous en sommes là aujourd’hui. Comme dans toute révolution, les choses vont à une vitesse folle aussi bien du point de vue des découvertes scientifiques que des innovations technologiques, des changements économiques, des rapports de force dans le monde et de l’évolution des rapports sociaux. Certains se posent la question : il y aura-t-il une pause ? On peut penser que oui. D’ici 5 ans on devrait atteindre la limite de miniaturisation des composants électroniques. Jusqu’à présent, tous les 18 mois, la puissance des processeurs était doublée (ce qui avait pour conséquence que l’ordinateur ou l’appareil photo ou le téléphone portable que vous veniez d’acheter, paraissaient complètement obsolètes deux ans après !!!)

Il est probable que, d’ici peu, on ne pourra plus accroître la puissance des microprocesseurs. Il arrivera alors aux NTIC ce qui est arrivé à l’automobile : on déclinera l’existant sous de multiples formes, on le perfectionnera, on le diffusera encore plus mais sans changement de fond. En somme, on améliorera la carrosserie mais le moteur sous le capot n’évoluera plus dans son principe !  Nous serions tout proche de cette étape... L'effervescence de la fin des années soixante annonçait bien une révolution, mais c'était une révolution industrielle que personne n'avait prévu. Comme toujours, l'A-venir reste à écrire !....

Commenter cet article

lasidonie 28/02/2008 10:24

Les révolutions ne commencent-elles pas par une révolte , des révoltes, de plus en plus puissantes, fondées ? Le sens dérivé du mot n'est-il pas "changement" ? en ce sens 68 en a été l'illustration. Pour toutes révolutions ou révoltes, les conséquences sont rarement prévisibles ...

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog