Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Les politiciens nous mentent parce que nous ne voulons pas entendre la vérité ! Et, comme ils veulent être élus (on ne peut pas leur reprocher cela), les politiciens de gauche racontent à leurs électeurs potentiels ce qu’ils attendent et les politiciens de droite font la même chose avec les leurs. Tout cela n’a pas beaucoup d’importance tant que le pays va bien. C’est le jeu normal de la démocratie : pouvoir du peuple. Mais, comme le savaient déjà les anciens grecs, de la démo-cratie à la déma-gogie il n’y a qu’un pas. La démagogie consiste plutôt à plaire au peuple, à s’attirer ses faveurs pour être élu ! Beaucoup de politiciens sont de grands démagogues et de médiocres démocrates. Hélas, le peuple écarte rapidement, surtout en cas de crise, c'est-à-dire quand on en a le plus besoin, les démocrates lucides et honnêtes.politichienencampagne.jpg

(Politichien en campagne !...)

La tentation alors est grande de se tourner vers les aventuriers d’extrême droite et d’extrême gauche pour lesquels la démocratie n’a aucun sens. Pour eux, elle n’est qu’un marchepied pour accéder au pouvoir.

Nous avons nos petits candidats adeptes du totalitarisme mais les Chinois ont déjà les leurs, en grand, en taille XXL, et qui montrent ce que pourraient être une « démocratie » totalitaire nouvelle. Une « élite » de 70 millions de membres du parti, une cour de deux à trois cents millions de fidèles qui profitent du régime et 1 milliard d’esclaves qui n’ont que le droit de bosser et de la fermer.

Dans notre pays, le souvenir des dictateurs de droite est encore tout frais  et nous avons tendance à surévaluer le danger qu’ils représentent (d’où la haine viscérale de Le Pen et de ses 20% d’électeurs chez certains) alors que nous n’avons jamais connus les dictatures communistes, d’où la bienveillance envers Besancenot (et ses 7% d’électeurs). Ils ne valent pas mieux l’un que l’autre !

Alors tout est-il perdu et faut-il condamner la démocratie ? Suivant la jolie définition que l’on prête à Churchill : « C’est bien le pire des systèmes mais à l’exclusion de tous les autres ! ». Malgré les démagos et les apprentis dictateurs, il est capable de former en son sein des gens courageux, honnêtes et audacieux. La démocratie ne les étouffe pas, alors que les dictatures de droite et de gauche font tout pour les exterminer. Quand la situation devient trop difficile le peuple sait alors chercher dans ce vivier les personnalités qui peuvent l’en sortir. Il peut s’agir de leader de droite ou de gauche. Cela n’a pas beaucoup d’importance ? Ce n’est pas leur discours qui compte mais leurs actes.

L’actuel président est-il l’une de ces personnalités ? Pour l’instant rien ne le laisse augurer. Ce n’est pas un libéral contrairement à la caricature qu’en fait la gauche, et ce n’est pas un homme de gauche malgré son appel aux penseurs issus de celle-ci. Il s’appuie sur Attali parce que celui-ci croit au dirigisme d’état, au changement par le haut, le défaut traditionnel de la gauche (il y a 25 ans par exemple, la gauche croyait aux vertus miraculeuses des nationalisations et cette désastreuse idée hante toujours certains au PS). En vérité, l’actuel président croît en lui-même et il croît au changement, mais seulement s’il est décrété par lui-même !

Libérer l’énergie de ceux qui veulent créer tout en protégeant les salariés (ce qui ne signifie pas forcément leurs acquis), cela suppose d'abord une prise de conscience profonde de la société et l’on entendra alors bien plus les discours des démo-crates plutôt que ceux des déma-gogues. Rien n’est perdu mais les gesticulations de l’actuel président ne sont que péripéties qui s’effaceront comme des ronds de fumée dans l’espace !

Commenter cet article

alain BARRE 26/05/2011 18:25



1- Mettre le parti de Besancenot et le parti de Le Pen dans les extrêmes me paraît tout à fait exact. Mais à mon avis, et contrairement à ce que vous semblez penser, l'un et l'autre
restent dans le cadre de la démocratie et l'un et l'autre sont susceptibles d'évoluer vers des positions moins extrêmes ce qui semble être le cas du FN et peut-être du NPA ?


2- Le référendum est l'un des moyens de la démocratie. Personnellement il me paraît être un outil trop susceptible de manipulations pour en faire un outil majeur de la démocratie.


3- Les syndicats ont éffectivement de temps à autres des comportements qui contreviennent à la loi. Cela n'en fait pas des organisations antidémocratiques.


ab



Denis Bigeard 26/05/2011 17:14



il me paraît réducteur d'écrire que


1. le FN est d'extrème-droite (extrème = hors-la-loi ) syndicats de gauche qui attentent aux libertés individuelles...


2. "la démocratie n'a aucun sens pour eux" ... le FN réclame le référendum d'initiative populaire depuis 20 ans... et il est LE SEUL !!!



lasidonie 13/02/2008 10:18

Peripéties qui s'effaceront, mais les traces elles, crois-tu ? Non ! Tout ce qui résulte de néfaste perdure ...difficile de rétablir dans un sens positif ce qui a été  abîmé ou détruit. Pas impossible si une personnalité hors du commun surgissait...du néant actuel ! Rien n'est perdu dis-tu ? " créer en protégeant."..ideal , mais n'est-ce pas utopiste ?cordialement.Sido

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog