Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
Passe un groupe de jeunes filles qui s'amusent dans le crépuscule
Le vent se lève, emplit l'allée de leur parfum !...

Leurs jupes sont ornées de papillons d'or
Leurs chignons épinglés de canards mandarin en jade...

Elles sont accompagnées de jeunes domestiques en robes de soie rouge
Et d'eunuques en vêtements brodés mauves !...

Je les regarde, les tempes blanches, le coeur troublé
Et j'en oublie mon chemin....

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Humain, trop humain Han Shan ! Il ne revendique pas un ascètisme austère et mystique. Comme tous les humains, il a des sens, des émotions, une sensualité.... C'est aussi en cela qu'il est proche de nous malgré l'épaisseur des siècles (7e siècle) !....

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré

Le déjeuner sur l'herbe. Au lieu d'une charmante clairière, j'avais installé le pique nique de Manet sur un tas d'ordures pour dénoncer la pollution il y a quelques années. ...toujours d'actualité mais la pollution est devenue plus invisible, plus sournoise. ...

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
Petit matin bleu avec le Saint Michel II - le...

Petit matin bleu avec le Saint Michel II - le bateau de Jules Verne - dans le vieux port de Pornic

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
Heureux le corps in utero, au temps du chaos !
Pas besoin de manger ni de pisser !...

Quelle idée saugrenue de venir y percer des trous ?
Neuf orifices !...Et maintenant, jour après jour
Il faut s'habiller, manger
Année après année subir le souci des impôts !

Et sans arrêt, voir mille visages grimaçants se disputer un sou
et hurler à en perdre la vie !...

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 

Les poèmes de Hanshan sont directs et puissants et nous assomment parfois comme un coup de poing. Ils visent à nous faire découvrir la vérité toute nue, sans ménagement. La vie n'est pas qu'une mère accueillante qui vous abreuve de son lait et vous chantonne des berceuses, elle est aussi emplie de visages grimaçants qui hurlent à vos oreilles.Han Shan a choisi de s'en retirer, ou plutôt de se retirer des artifices inutiles de la société, qu'il symbolise par les impôts? Mais cela n'empêche pas qu'il faut lutter pour manger.... Une fois les neuf orifices ouverts sur le monde, nous sommes condamnés à vivre, pour le meilleur et pour le pire. Rien ne se fera sans souffrance, mais on peut s'épargner celles que l'on fabrique soi-même avec de vains désirs !...  En peu de mots et avec une rare brutalité, Hanshan nous jette à la figure sa philosophie de vie. On est aux antipodes de la poésie précieuse et raffinée des lettrés chinois et japonais. Les haïkus japonais ont essayé d'en garder la forme concise et les rapprochement audacieux d'idées, mais ils ont souvent sacrifié la vigueur et l'authenticité à la beauté purement esthétique et paraissent souvent bien fades, face à l'art brut de HanShan.

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #CARAVAGE - génie imparfait
génie Imparfait....

CARAVAGE est un génie inachevé, mort trop tôt, comme Mozart et un génie imparfait dans le sens ou il ne peignait pas la perfection de ce monde mais une réalité aussi forte et violente que le réel mais qu'il le transcendait.... Ainsi les saints personnages des évangiles ne sont-ils pas embellis. On pourrait les rencontrer au coin de la rue. D'ailleurs, Caravage les a sans doute rencontrés au coin de la rue mais si on devait en faire une photographie, on se rendrait compte qu'on n'arrive pas à la hauteur de la représentation du peintre. En réalité, celui-ci "fabrique" des personnages plus typés à partir de personnes réelles et curieusement, ils deviennent "plus vrais que vrais" !

génie Imparfait....

Il agit de la même façon avec les objets. Ainsi alors qu'il était encore un jeune peintre peu connu, mais déjà remarqué par le cardinal Del Monte, il peint des corbeilles de fruits qui font beaucoup parler d'elles.

Les fruits ne sont pas beaux, luisants et appétissants, ils sont trop mûrs, certains sont abîmés, des feuilles sont fânées... et comble de négligence, la corbeille dépasse sur le bord de la table !

Caravage, génie imparfait peint le monde tel qu'il est, c'est à dire imparfait ! La vanité des humains voudrait que tout soit calme, luxe et volupté, la réalité n'est pas que cela. Elle est aussi vieillesse, décrèpitude, pourriture,... Il faut la prendre et la peindre telle qu'elle est !

génie Imparfait....

 Il en va de même pour les roses, aussi belles soient-elles, qui fânent un jour et retournent à la terre !

génie Imparfait....
génie Imparfait....
génie Imparfait....

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
IL EST BIEN DIFFICILE D'ACCEPTER UN MYSTERE. Quand...

IL EST BIEN DIFFICILE D'ACCEPTER UN MYSTERE. Quand il s’agit du mystère ultime, celui de l’existence, c’est encore plus difficile !
Il est bien difficile d’accepter un mystère, cette barrière à notre volonté et à notre raison. Certains sont prêts à tuer pour conjurer l’absence de réponse.
D’autres l’appellent dieu et l’investissent du concentré ultime de LEURS qualités et de LEURS défauts, sans se rendre compte qu’il s’agit d’un tour de passe-passe qui escamote le problème !
Il est bien difficile d’accepter un mystère, d’accepter simplement d’être des passagers de la vie, provisoires agrégats de matière, d’émotions, de sentiments, de calculs, de raison et de folie….
Il est bien difficile d’accepter avec humilité un mystère, précisément parce que nous SOMMES ce mystère !....

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
Han Shan moine ZEN et poète (03)

         Parler de nourriture ne remplit pas le ventre

         Parler de vêtements ne protège pas du froid !

         C'est en mangeant le riz que l'on est rassasié
         En se couvrant que l'on se protège du froid !...

         Si on ne prend pas la peine de réfléchir
         On dit que trouver le Bouddha est difficile !

              Pourtant il suffit de retourner en soi

         Au coeur et nulle part ailleurs

         C'est là que réside le Bouddha

        Il est inutile de le chercher partout
        Fébrilement, à l'extérieur !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

On peut rapprocher ce poème de cette pensée du bouddhisme zen (zen est le nom japonais du bouddhisme t'chan de Hanshan) : "si tu trouves le bouddha, tue-le !"

 Une façon de dire que nous sommes prisonniers de nos attachements et que l'attachement à dieu est une illusion comme les autres ! Le message est le contraire de celui de l'Islam et du christianisme pour lesquels la soumission et la foi sont primordiaux. On peut remarquer que le fanatisme religieux -qui est la forme pervertie de l'attachement à dieu- est très présent dans ces religions, nettement plus que dans le bouddhisme (même si ce dernier n'y échappe pas complètement non plus). On en voit les ravages dans l'islam aujourd'hui !

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète

J'habite au village
Tout le monde me loue, me trouve incomparable !

Hier je me suis rendu en ville
Même les chiens me regardaient de travers !
On trouvait mon pantalon trop étroit
Ma veste était trop longue !

Bon dieu ! Mais qu'on arrache donc les yeux aux vautours
Et que les moineaux puissent enfin danser à l'aise !


(Le style de Hanshan est "brut de décoffrage" et se situe à mille lieux de la poésie précieuse des lettrés chinois et japonais. C'est pour cela que Hanshan est resté largement ignoré des intellectuels dans son propre pays et encore plus en Occident.
La génération des beatniks et des Hippies, dans les années 1960, a trouvé beaucoup d'analogie avec ses propres aspirations : une vie naturelle, l'amour des grands espaces, une spiritualité en relation avec le cosmos, une sorte de chamanisme moderne, le dégoût de la vie matérialiste et sophistiquée des USA telle qu'elle a triomphé après la deuxième guerre mondiale. Han shan, un anti-modèle pour l'Amérique, un modèle pour les bouddhistes ZEN, un écologiste avant l'heure ou tout simplement un homme, un homme qui cherche sa voie dans le tumulte du monde ?....)

HAN SHAN moine ZEN et poète (02)
HAN SHAN moine ZEN et poète (02)

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)

Dans la série : il n'y a pas que le mur de la lèche à Pornic : LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
Il est situé près du parking de Verdun, à Pornic. L'association de protection de l'environnement, l'HIRONDELLE, y a rassemblé sous une forme pédagogique, les techniques pour avoir un jardin naturel. Il ne s'agit donc pas d'un jardin de production mais plutôt d'un jardin pédagogique. Il est ouvert au public à certaines occasions. Se renseigner auprès de l'association : http://www.associationhirondelle.fr/

 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)
 LE JARDIN DE L'HIRONDELLE (partie 2/2)

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète

                              J'habite au village
             Tout le monde me loue, me trouve incomparable !

              Hier je me suis rendu en ville
              Même les chiens me regardaient de travers !
              On trouvait mon pantalon trop étroit
              Ma veste était trop longue !

            Bon dieu ! Mais qu'on arrache donc les yeux aux                           vautours

            Et que les moineaux puissent enfin danser à l'aise !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 

Le style de Hanshan est "brut de décoffrage" et se situe à mille lieux de la poésie précieuse des lettrés chinois et japonais. C'est pour cela que Hanshan est resté largement ignoré des intellectuels dans son propre pays et encore plus en Occident.

La génération des beatniks et des Hippies, dans les années 1960, a trouvé beaucoup d'analogie avec ses propres aspirations : une vie naturelle, l'amour des grands espaces, une spiritualité en relation avec le cosmos, une sorte de chamanisme moderne, le dégoût de la vie matérialiste et sophistiquée des USA triomphant après la deuxième guerre mondiale. Han shan, un anti-modèle pour l'Amérique, un modèle pour les bouddhistes ZEN, un écologiste avant l'heure ou tout simplement un homme, un homme qui cherche sa voie dans le tumulte du monde ?....

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog