Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Ateliers d'artistes...

Le peintre surréaliste Max ERNST (1891-1976) a inventé sa technique de dessin automatique appelée "frottage" dans un hôtel de Pornic, le Saint-Gilles, le 10août 1925. Cette technique de dessin a souvent été utilisée par les enfants qui apprennent à dessiner, à l'école ou à la maison.

 

(Max Ernst, les moeurs des feuilles, 1925, Nantes, musée des beaux-arts)

(Max Ernst, les moeurs des feuilles, 1925, Nantes, musée des beaux-arts)

(Le relais Saint-Gilles, hôtel où est descendu Max Ernst. Il abrite, aujourd'hui, des services de la mairie)

(Le relais Saint-Gilles, hôtel où est descendu Max Ernst. Il abrite, aujourd'hui, des services de la mairie)

Il déclare : "...me trouvant par un temps de pluie dans une auberge au bord de la mer, je fus frappé par l'obsession qu'exerçait sur mon regard irrité le plancher, dont mille lavages avaient accentué les rainures. Je me décidai à interroger le symbolisme de cette obsession, et, pour venir en aide à mes facultés méditatives et hallucinatoires, je tirai des planches une série de dessins, en posant sur elles, au hasard, des feuilles de papier que j'entrepris de frotter à la mine de plomb."

(feuilles, max Ernst, 1925)

(feuilles, max Ernst, 1925)

C'est sans doute sur invitation de Jacques VIOT, un surréaliste qui avait (et a toujours) de la famille à Pornic, que Max Ernst est venu dans la cité du Pays de Retz.

Il en est résulté un album, édité en 1926 par la galerie Jeanne Bucher, intitulé "Histoires naturelles". Il réunissait 34 estampes reproduisant en phototypie des frottages exécutés en 1925.

Max ERNST à Pornic
Max ERNST à Pornic
Max ERNST à Pornic

 Si vous souhaitez faire des frottages : pas de difficulté !

Il vous faut un objet présentant des irrégularités de surface, un papier et un crayon à mine tendre (HB par eemple). Vous posez la feuille de papier dessus et vous frottez en inclinant le crayon.

Voici ce que l'on obtient avec une pièce de monnaie....

Max ERNST à Pornic

Pour en savoir plus : Vincent Rousseau, "le rêve d'une ville Nantes et le surréalisme", édité par le musée des beaux-arts de Nantes.

Commenter cet article

Aredius 06/02/2015 17:07

Très beau, j'en étais resté à la pièce de monnaie de l'école

Yvette 04/02/2015 10:22

Oh oui le frottage , on en a fait enfant, c'était super. Etonnantes cette expo! Moi j'aime bien.
Bonne journée Alain Yvette

Bivan 04/02/2015 10:09

Toujours inintéressants tes articles, merci Alain.

Sido 04/02/2015 08:51

La pièce quel enfant ne l'a fait, par contre savoir que Max Ernest en est l' inventeur je découvre. Merci donc pour cet éclairage. Disons tout de même que s'ajoute l'originalité dans l'art de la composition ; il ne "suffit" pas de "crayonner"...pour faire du Max Ernest !
Bise

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog